"Marches des libertés" : "il faut se ressaisir" lance Eric Coquerel, député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis

Selon le député LFI, l'enjeu de ces marches étaient de montrer la mobilisation du "camp de la liberté, de la lutte contre l'extrême-droite".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le cortège parisien de la "Marche des libertés", le 12 juin 2021. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

"Il faut se ressaisir", estime sur franceinfo ce samedi 12 juin Eric Coquerel, député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis, à la suite des marches des libertés, des manifestations contre l'extrême droite organisées ce même jour et qui ont rassemblé 150 000 personnes dans toute la France dont 70 000 à Paris. La police a recensé 9 000 manifestants dans la capitale.

"Le camp de la liberté, de la lutte contre l'extrême droite, contre le racisme, doit montrer à nouveau son potentiel de mobilisation, c'était ça l'enjeu", ajoute l'élu LFI. "En France, il n'y a pas seulement l'extrême droite, l'agenda de l'extrême droite, les thématiques de l'extrême droite après lesquelles court le gouvernement, la droite classique. Il y a aussi des gens qui sont totalement opposés à cette vision des choses. C'est aujourd'hui ce qu'on a fait avec une grosse réussite", estime Eric Coquerel qui se félicite de l'absence de policier et d'un défilé dans le calme.

Proposer une alternative à Emmanuel Macron et Marine Le Pen

A l'union de la gauche, le député préfère parler d'une "union populaire, syndicale, associative, des artistes, des partis politiques aussi qui ont joué leur rôle". Pour lui, "c'était ça aujourd'hui qu'il fallait montrer qu'il y avait un potentiel fort derrière cette mobilisation". Pour la suite et les élections, "on pense qu'il peut y avoir un rassemblement très large au service des idées de rupture", conclut Eric Coquerel.

Le député LFI dénonce le fait que "l'extrême droite bénéficie d'une espèce de course aux enchères du gouvernement et de la droite." Selon lui, afin de lutter contre l'extrême droite et proposer une alternative à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, "il faut placer le débat sur autre chose, c’est-à-dire montrer que dans ce pays, il y a un camp des libertés, plutôt à gauche mais pas seulement, et qui n'attend qu'à se ressaisir", résume Eric Coquerel, député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France insoumise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.