Emmanuel Macron , "Nous allons lui mettre une raclée démocratique", affirme Jean-Luc Mélenchon

Les AMFis d’été de la France Insoumise se clôturent dimanche à Marseille. La veille au soir, son leader, Jean-Luc Mélenchon s’est déchaîné contre le président de la République, Emmanuel Macron et le patron d’En Marche, Christophe Castaner, "des menteurs, des hypocrites, des faux-culs".

Jean-Luc Mélenchon appelle ses partisans et les Français à mettre une \"raclée démocratique\" à Jean-Luc Mélenchon, le 25 août à Marseille.
Jean-Luc Mélenchon appelle ses partisans et les Français à mettre une "raclée démocratique" à Jean-Luc Mélenchon, le 25 août à Marseille. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Sa cible, Jean-Luc Mélenchon l’assume, c’est Emmanuel Macron. "Nous allons inviter les Français à lui mettre une raclée. C’est la démocratie ! Quand je parle d’une raclée, je parle d’une raclée démocratique."

J’ai quand même trop présent à l’esprit comment le 1er mai, la main sur le cœur, [Emmanuel Macron déclarait :] ‘Je ferai tout pour punir les responsables des violences ‘ et pendant qu’il tenait ce discours, ses barbouzes cassaient la gueule aux gens. Ce sont des menteurs, des hypocrites, des faux-culs. Nous, nous ne frappons personne !Jean-Luc Mélenchonavec franceinfo

Extrait du discours de Jean-Luc Mélenchon, le 25 août à Marseille.
--'--
--'--

Et Jean-Luc Mélenchon de poursuivre ses attaques. "Quand vous faites une référendum sur M. Macron, la vérité c’est que vous faites un référendum sur l’Europe."

M. Macron n’existe pas. M. Macron est juste le petit copiste de la commission européenne et de Mme MerkelJean-Luc Mélenchon

La réforme du Code du Travail, celle de la SNCF sont des réponses aux injonctions européennes, dit le leader de La France insoumise.. Alors le scrutin de mai, la lutte contre la réforme des retraites, constituent un  seul et même front pour Jean-Luc Mélenchon. "Cette affaires des retraites c’est la grande affaire de l’année qui vient. Les gens qui vont découvrir cette histoire de retraite à points, je trouve tout à fait normal que quand ils auront compris que c’est l’Europe qui a demandé ça, ils aillent mettre un bulletin aux européennes pour les Insoumis et contre Macron."

On va envoyer un commando de combat au parlement européen

Sous le barnum assiégé par les bourrasques de Mistral, le leader de la France insoumise galvanise ses troupes et porte l’estocade là où ça fait mal : "Mais dites donc M. Macron, M. Castaner… Quels sont vos alliés pour faire une coalition européenne dans l’élection ? Avec qui comptez-vous vous présenter pour faire entendre vos grandes idées. Nous voudrions le savoir parce que nous, on peut vous répondre."