Comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon en 2017 : le député Insoumis Bastien Lachaud mis en examen notamment pour escroquerie

Il était le trésorier de l'association l'Ère du peuple, elle-même mise en examen le 29 mars dernier pour "prêt illicite de main-d'œuvre". La France insoumise dénonce des "accusations absurdes".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bastien Lachaud, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, le 30 janvier 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le député de la France Insoumise de Seine-Saint-Denis Bastien Lachaud a été mis en examen pour "prêt illicite de main-d’œuvre", "faux", "escroquerie" et "tentative d’escroquerie" dans l'enquête sur les comptes de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2017, a appris franceinfo jeudi 4 novembre de source judiciaire, confirmant une information de Mediapart.

Pendant la campagne présidentielle de 2017, Bastien Lachaud était le trésorier de l'association l’Ère du peuple, une association de prestations événementielles et de communication. Cette association avait été mise en examen le 29 mars dernier pour "prêt illicite de main-d'œuvre".

>> Campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon : L'Ere du peuple, petite association et grosses factures

"Cette information judiciaire avait été ouverte en novembre 2018, il ne s'est rien passé pendant quasiment trois ans et bizarrement, ça s'accélère à quelques mois de la présidentielle", a réagi auprès de franceinfo l'avocat de Bastien Lachaud, Me Mathieu Croiset.

L'avocat considère que "le droit n'est pas exclusif du bon sens" : "C'est un salarié à qui on reproche de s'être prêté lui-même dans un cadre illicite de main-d'œuvre, or considérer qu'un salarié se prête lui-même est complètement absurde." Pour lui, "ce n'est que l'habillage d'une infraction qui n'existe pas. Cette incrimination n'est pas légalement constituée."

"Concernant la tentative d'escroquerie, l'association l'Ère du peuple n'a pas été mis en examen, et malgré tout le salarié l'est. Il y a donc un déséquilibre bancal", poursuit Me Croiset. "Sur le fond du dossier, on reproche une surfacturation or le code électoral précise qu'il faut pratiquer les prix du marché", termine-t-il.

Une information judiciaire avait été ouverte au tribunal de Paris en novembre 2018 sur l'usage des fonds publics lors de la dernière campagne du chef de file des Insoumis.

Une décision "absolument infondée" selon LFI

"Les accusations absurdes contre Bastien Lachaud témoignent d’une enquête vide, maintenue artificiellement en vie", réagit La France Insoumise dans un communiqué jeudi. "Cette décision de mise en examen est absolument infondée", assure le parti de Jean-Luc Mélenchon, rappelant que Bastien Lachaud n’était pas le dirigeant de l’association L’Ère du peuple qui est mise en cause dans cette affaire "mais un employé en CDI".

La France Insoumise estime que cette mise en examen vise surtout à "mettre en doute l'intégrité de Bastien Lachaud" et témoigne d'une "volonté délibérée de porter atteinte à son image et à celle du parti". Mais assure qu'"Aucune manipulation, ni aucun acharnement, ne nous fera dévier de notre objectif : faire gagner l’union populaire !" LFI affirme que l’avocat de Bastien Lachaud a prévu de déposer "une requête en nullité dans les prochains jours." 

Jean-Luc Mélenchon conteste toute infraction


La Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) avait relevé une différence de 152 688 euros entre les salaires versés et les montants facturés au mandataire. Chargée de valider le remboursement des dépenses des candidats avec l'argent public, la commission avait refusé de rembourser la marge réalisée par l'association, à but non lucratif, et avait signalé les faits à la justice.  

Candidat à la présidentielle 2022, Jean-Luc Mélenchon conteste toute infraction, dans cette enquête.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France insoumise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.