50 ans de Mai 68 : Emmanuel Macron le "commémore tous les jours à coups de matraques", affirme François Ruffin

Le député La France insoumise de la Somme, François Ruffin, était l'invité de "Questions politiques" sur France Inter et franceinfo Canal 27 dimanche. Il est notamment revenu sur le mouvement de grève à la SNCF.

RADIO FRANCE

Invité de "Questions politiques" dimanche 15 avril sur France Inter et sur franceinfo Canal 27, le député La France insoumise François Ruffin a d'abord été interrogé sur les 50 ans de Mai 68. "Ce qui m'amuse c'est qu'Emmanuel Macron voulait commémorer officiellement Mai 68. Je considère qu'il le commémore tous les jours à coups de matraques", a-t-il déclaré.

François Ruffin, pas un "enfant de Mai 68"

"L'évacuation de la Sorbonne, les tentatives sur Tolbiac, ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes, la répression à coups de bâtons et de mentons de ce qui peut surgir d'autre chose dans la jeunesse, il me semble que c'est une excellente commémoration de Mai 68", a ensuite lancé le député de la Somme.

Par ailleurs, François Ruffin dit ne pas se sentir "un enfant de 68". Et cela explique-t-il quand il entend "la génération d'avant revendiquer Mai 68, Mai 68 ça a plutôt un effet gonflant." Le député préfère s'en référer à "la Révolution française, Jaurès, le Front populaire" François Ruffin assure qu'il ne porte pas dans son "cœur" Mai 68. "Mais comme Emmanuel Macron voulait, lui, le commémorer, j'espère qu'on va nous aussi le commémorer à notre façon", s'amuse-t-il.

"Le vent du boulet"

Dans un deuxième temps, le député de La France insoumise est revenu sur la manifestation qu'il organise le 5 mai pour "faire sa fête à Macron" à deux jours du premier anniversaire de son élection à l'Élysée. Car pour le parlementaire, le président de la République est "l'incarnation d'une classe qui est celle de l'oligarchie. C'est le banquier de chez Rothschild et il mène une politique tous les jours qui est au service de cette classe-là."

François Ruffin souhaite que cette manifestation parte des Tuileries à Paris, car "c'est là où s'est fait sacrer Emmanuel Macron. Pour que le jour de son premier anniversaire à l'Elysée on ne fasse pas que souffler une bougie, mais qu'il sente aussi le vent du boulet", explique-t-il. Le député de la Somme parle de cette manifestation comme d'un "pot-au-feu : chacun vient avec son combat. Lutter c'est toujours imaginer. J'espère que ce jour-là on ne va pas s'ennuyer."

"Qui est le plus dangereux pour l'ordre social ?"

François Ruffin a également réagi aux affrontements qui ont lieu depuis une semaine à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), entre zadistes et forces de l'ordre. Le député insoumis a comparé la réaction des pouvoirs publics dans cette ZAD et les réactions qu'ont suscitées les révélations des Paradise Papers sur l'argent caché des paradis fiscaux. "Qui est le plus dangereux pour l'ordre social ?", s'est demandé François Ruffin. "Ce sont les gens qui font un potager à Notre-Dame-des-Landes ou est-ce que ce sont les gens qui dans les paradis fiscaux vont planquer leur pognon et vont échapper au fisc ?" 

À la parution des Paradise Papers, François Ruffin se souvient qu'on "voyait qu'un certain nombre de dirigeants français, Bernard Arnault, Dassault et des firmes internationales; Apple, Robert Louis Dreyfus, allaient planquer leur pognon aux îles Caïman, à Jersey, au Luxembourg". Le député de la France insoumise a continué en ironisant : "Je n'ai pas vu un déploiement de blindés à l'entrée des conseils d'administration. Ils sont chez nous ces gens. Je n'ai pas vu un déploiement d'hélicoptères tournant au-dessus des beaux quartiers parisiens."

Le député LFI de la Somme, François Ruffin, dimanche 15 avril sur France Inter et franceinfo Canal 27.
Le député LFI de la Somme, François Ruffin, dimanche 15 avril sur France Inter et franceinfo Canal 27. (RADIO FRANCE)