Cet article date de plus de huit ans.

La femme de Bruno Le Maire rémunérée comme assistante parlementaire

Selon "Mediapart", qui rapporte l'information, le député UMP d'Evreux et ex-ministre n'a jamais mentionné que son épouse, artiste-peintre, exerçait cette activité. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruno Le Maire et son épouse Pauline Le Maire à l'Elysée, à Paris, le 2 mars 2011.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Elle a occupé cet emploi à plein temps entre 2007 et 2013. Pauline Le Maire, l'épouse de l'ex-ministre et député UMP d'Evreux Bruno Le Maire a officié comme assistante parlementaire à l'Assemblée nationale, révèle Mediapart mardi 8 octobre. Son mari n'a pourtant jamais mentionné cette activité, présentant sa femme en public comme "artiste-peintre et mère de quatre enfants", note le site d'informations. 

Quand Bruno Le Maire a été nommé ministre de l'Agriculture dans le gouvernement Fillon en janvier 2009, Pauline Le Maire est restée salariée de l'Assemblée, comme collaboratrice du suppléant de son époux, Guy Lefrand. Interrogé par Mediapart, ce dernier assure qu'"elle travaillait sur le fond des dossiers" et sur "la manière de présenter à la presse, de préparer des interviews. (...) Ça n'est pas un emploi fictif, j'ai autre chose à faire que de payer des gens à ne rien faire. J'ai travaillé avec elle, point barre", martèle-t-il.

Jusqu'à 4 631 euros net par mois

Toujours selon le site d'informations, une cinquantaine de député(e)s sur les 577 de l'hémicycle ont "signalé salarier leur conjoint(e), et une autre cinquantaine un membre de leur famille". Le salaire de ces "emplois familiaux" est fixé librement par le parlementaire, dans une limite de 4 752 euros brut par mois. Pauline Le Maire a gagné jusqu'à 4 631 euros net.

Sollicité, Bruno Le Maire affirme au site qu'il "assume totalement" avoir embauché sa femme. Le député a mis fin à son contrat à l'été 2013. Selon Mediapart, la loi sur la transparence votée en septembre, qui impose la publication des noms de tous les collaborateurs des députés (ils peuvent recruter jusqu'à cinq assistants) "pourrait décourager certains abus".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.