Cet article date de plus de huit ans.

La circulaire Guéant sur le travail des étudiants étrangers assouplie

A la suite d'une polémique, le gouvernement a revu les conditions d'obtention du permis de travail pour certains étudiants "hautement qualifiés".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, le 18 octobre 2011 à Paris. (ALEXANDER KLEIN / AFP)

Claude Guéant a revu sa copie. Après la polémique engendrée par une première circulaire du ministre de l'Intérieur, le gouvernement va adresser aux préfets une nouvelle circulaire assouplissant la délivrance du permis de travail à certains étudiants étrangers "hautement qualifiés",annoncent mercredi 4 janvier les ministères de l'Intérieur, du Travail et de l'Enseignement supérieur. Elle sera envoyée la semaine suivante. 

Cette circulaire "complémentaire" donnera "les orientations applicables à la situation spécifique des diplômés étrangers hautement qualifiés, de niveau au moins égal au master 2, qui souhaitent acquérir en France une première expérience professionnelle, conformément à la loi en vigueur", précisent les ministères. 

Entreprises et monde universitaire vent debout

La circulaire contestée demandait aux préfets d'examiner "avec rigueur" les demandes d'autorisation de travail des étudiants étrangers en France, et d'exercer un "contrôle approfondi" des demandes de changement de statut de ceux-ci. Elle a été notamment dénoncée par les entreprises et le monde universitaire.

A la suite de cette circulaire, de nombreux diplômés étrangers, dont certains très qualifiés, n'ont pas pu obtenir le changement de leur statut d'étudiant à salarié. Le texte a fermé le marché de l'emploi à des étudiants étrangers en fin de cycle et ayant eu des promesses d'embauche par des entreprises françaises. Un motif d'inquiétude pour les universités et grandes écoles. Une centaine de personnalités, dont le prix Nobel de physique Albert Fert, ont lancé une pétition demandant le"retrait" de cette circulaire. Nicolas Sarkozy lui-même a fini par demander le 23 décembre à Claude Guéant de présenter un nouveau texte. 

La majorité divisée

La circulaire Guéant semblait contredire le principe d'"immigration choisie" vanté par le candidat Sarkozy en 2007, puisqu'elle prive la France de compétences de haut niveau, qui plus est, formées dans ses propres universités et grandes écoles. De fait, cette circulaire avait semé le trouble au sein même de la majorité et du gouvernement. Charles Givadinovitch, secrétaire national de l'UMP chargé de la lutte contre la précarité et la pauvreté, avait ainsi réclamé à Claude Guéant de la supprimer. 

Quant au ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand avait indiqué jeudi qu'il avait "un problème" avec ce texte. Samedi, le ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, avait lui estimé que les membres de la majorité s'étaient "plantés".

Mercredi, il a réagi à la sortie de la réunion avec Claude Guéant et Xavier Bertrand, le ministre du Travail. "Des cas très précis seront évoqués dans ce texte", souligne-t-il.

FTVi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.