Cet article date de plus de neuf ans.

L'UMP a découvert la démocratie, pas sûr qu'elle recommence

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Martin Gouesse/Hervé Pozzo
Article rédigé par
France Télévisions

Les militants de L'UMP votent pour désigner un successeur à Nicolas Sarkozy. Six mois d'une campagne dure sur le terrain. Michel Dumoret, chef du service politique de France 3, fait le bilan d'un nouvel exercice, ou presque, pour l'UMP : l'élection de son président.

POLITIQUE - Les militants UMP, qui élisent leur nouveau président dimanche 18 novembre, mettent ainsi un point final à une campagne interne qui aura duré six mois. Six mois pendant lesquels les supporters de François FIllon et Jean-François Copé se sont affrontés sur le terrain.

C'est un nouvel exercice pour l'UMP, mais pas sûr qu'il soit réiteré. Si les deux candidats ont tenté de rester courtois l'un envers l'autre, ce n'est pas forcément le cas sur le terrain, où les stigmates de cette campagne seront difficiles a effacer. Une ligne droitière, favorable à un rapprochement avec le FN a affronté une ligne plus "historique" du parti, qui va fêter ses dix ans.

Le nom du vainqueur devrait être connu aux alentours de 20 heures. Avant les résultats, Michel Dumoret, chef du service politique de France 3, tire le bilan de cette nouveauté à l'UMP : la démocratie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.