Cet article date de plus d'onze ans.

Nicolas Sarkozy arrête la politique

Le président sortant a expliqué lundi aux ténors de l'UMP qu'il comptait quitter "l'opérationnel". 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Nicolas Sarkozy, le 3 mai 2012 dans les studios de Canal+, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Annoncer son départ en deux temps. D'abord, rester flou pour ne pas accabler les militants. Dimanche 6 mai, après 20 heures, Nicolas Sarkozy réunit ses partisans après la défaite. Le président sortant leur explique : "Au moment où je m'apprête à redevenir un Français parmi les Français, j'ai l'amour de notre pays inscrit au plus profond de mon cœur."

"Il n'a pas voulu que cela soit brutal, comme Lionel Jospin, il l'a donc annoncé différemment dimanche soir aux militants", explique au Figaro.fr un ancien ministre. 

Nicolas Sarkozy : "Je porte toute la responsabilité de cette défaite" (FTVi)

"Une autre vie commence"

Deuxième temps de l'annonce de son retrait de la vie politique : Nicolas Sarkozy a réuni lundi des ténors de l'UMP. Ministres, poids lourds de la majorité, principaux collaborateurs... Au total, une vingtaine de personnes ont écouté le président sortant. "Je quitte l’opérationnel, une autre vie commence", a lancé Nicolas Sarkozy à ses collaborateurs, précisant qu'il prendrait des vacances, comme le rapporte 20 Minutes.fr. Selon Le Monde.fr, Nicolas Sarkozy a prévu de changer radicalement de carrière. Selon "des propos confirmés par plusieurs conseillers du président : "Il a dit 'J'arrête la politique'", affirme le site lundi. Ce qui n'est pas sans rappeler ses déclarations à quelques journalistes en Guyane le 23 janvier dernier, où il avait confié : "Vous ne me verrez plus" et envisageait "la fin de [sa] carrière"

Pour quelle reconversion ? Selon Le Parisien, "certains le voient s'engager dans le sport, un domaine qu'il adore, ou réactiver son cabinet d'avocats". "Il fera des conférences à la Tony Blair", pronostique son conseiller officieux, l'homme d'affaires Alain Minc, dans les colonnes du quotidien. "J'espère vivre un peu normalement. J'ai perdu les élections mais les journalistes continuent de m'empêcher de faire une pause. Impossible de déjeuner au restaurant en famille. Je suis épié… J'espère qu'on me laissera un peu tranquille", a-t-il confié à ses collaborateurs, rapporte Le Figaro.

"Ne vous divisez pas"

Carla Bruni-Sarkozy se réjouirait de ce retour à une vie normale. "On va vivre comme tout le monde maintenant", aurait confié la première dame selon Le Figaro.

Et Nicolas Sarkozy ne s'est pas montré amer devant les poids lourds de l'UMP. "Bien sûr, cela aurait été mieux de gagner, mais voyez comment ont perdu tous les sortants. Notre échec n'a pas été une humiliation, ce que prédisaient pourtant toute la presse et les sondeurs, dimanche compris", a déploré le président sortant. Autre message destiné à sa famille politique : "Ne vous divisez pas : des petits chefs, des petites équipes, ça tire tout le monde vers le bas".

Un retrait temporaire ?

D'autres observateurs voient ce retrait de la vie politique comme tout à fait temporaire, étant donné le jeune âge du président sortant (57 ans). Un de ses proches assure dans Le Monde"Il ne fera pas la bataille des législatives. Mais la vie est longue. Vous le retrouverez en 2017."

Europe 1.fr rappelle de son côté que l'ancien maire de Neuilly est "un habitué des come-backs". "Nicolas Sarkozy a en effet su se ressaisir après la défaite d’Edouard Balladur en 1995 et après l’échec cinglant aux européennes de 1999", rappelle la radio sur son site. Pourra-t-il se relever après ce nouveau revers ?  "Dans la vie d'un homme, présider aux destinées de la France, c'est quelque chose que je ne pourrai jamais oublier", a-t-il en tout cas lancé aux militants de la France dimanche soir. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.