Cet article date de plus de neuf ans.

Jean-Pierre Sueur (PS), sénateur "le plus actif" en 2010, a été réélu

Le socialiste Jean-Pierre Sueur, 64 ans, a été reconduit dimanche à son poste de sénateur au palais du Luxembourg, où il avait été désigné l'élu le "plus actif" en 2010.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Pierre Sueur (AFP/Jocard)

Le socialiste Jean-Pierre Sueur, 64 ans, a été reconduit dimanche à son poste de sénateur au palais du Luxembourg, où il avait été désigné l'élu le "plus actif" en 2010.

Arrivé à Orléans dans les années 70 pour raisons professionnelles (il enseigne la linguistique à l'université), cet ancien élève de l'Ena et de Normale Sup, originaire du Pas-de-Calais, gravit peu à peu les échelons au sein de la fédération locale du PS jusqu'à son élection comme député du Loiret en 1981.

Réélu en 1986 et 1988, il est nommé secrétaire d'Etat chargé des collectivités locales de 1991 à 1993, dans le gouvernement d'Edith Cresson puis dans celui de Pierre Bérégovoy. Il a notamment défendu la loi sur l'administration territoriale qui a créé les communautés de communes, et la loi sur la réforme des opérations funéraires. Peu après, il entre au bureau national du PS où il restera jusqu'en 2003.

Elu maire d'Orléans en 1989, il doit abandonner son fauteuil municipal en 2001, battu par l'UMP Serge Grouard alors qu'il sollicite un troisième mandat. Les Orléanais lui doivent notamment la première ligne de tramway et le Zénith.

Dans les mois qui suivent sa défaite, il se fait élire au Sénat où il occupe les fonctions de vice-président de la commission des lois. Il y a particulièrement suivi les questions relatives à la justice, aux collectivités locales, aux droits de l'Homme, à la décentralisation, etc., et a poursuivi son action sur la législation funéraire.

Farouche pourfendeur de l'absentéisme parlementaire, il a été distingué l'an dernier comme le sénateur "le plus actif" de la Haute assemblée. Son fort ancrage local et un travail de longue date auprès des élus, au-delà des clivages partisans, lui ont permis de s'imposer dimanche, alors qu'il était donné mathématiquement battu avec l'abandon du scrutin proportionnel. Jean-Pierre Sueur, qui avait soutenu DSK lors de la primaire PS de 2007, est un soutien de Martine Aubry.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.