Jean-Marie Le Pen "suspendu" du FN jusqu'à une AG extraordinaire

Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du parti en 1972, a été "suspendu" lundi de son statut d'adhérent, jusqu'à une assemblée générale qui devra décider "dans les 3 mois" de la suppression de son statut de président d'honneur, a-t-on appris par un communiqué du FN.

(Jean-Marie Le Pen suspendu du Front National pour trois mois, jusqu'à une AG extraordinaire © Maxppp)

Jean-Marie Le Pen a été "suspendu " de son statut d'adhérent, indique le Front national lundi soir, à l'issue d'une réunion du bureau exécutif du parti, organisée suite aux déclarations polémiques du fondateur du FN. Jean-Marie Le Pen pourrait en fait perdre son statut de président d'honneur : une "assemblée générale extraordinaire " va être convoquée par Marine Le Pen "dans un délai de trois mois " afin de "supprimer l'article 11 bis des statuts du Front national relatif à la présidence d'honneur ", indique le Front national dans un communiqué.

Jean-Marie Le Pen est donc en fait supendu jusqu'au "vote de ladite Assemblée générale extraordinaire " sur son statut de président d'honneur. Pour résumer, et sauf rebondissement, il pourrait rester simple adhérent. Une solution qui permet de ne pas l'exclure totalement, lui qui a assuré que quoiqu'il arriverait, il continuerait de parler librement. Après cette décision lundi soir il a dénoncé une "félonie " et promis "tous les recours ".

Opération de réhabilitation du FN

Marine Le Pen ne s'est pas contentée de tricoter cette sanction sur mesure pour son père, elle en profite pour annoncer une rénovation plus large du parti. Une manière de solder le passé pour mieux préparer l'avenir, c'est-à-dire 2017.

Parmi les réactions, le Premier ministre Manuel Valls a réagi, il dénonce le discours "rance " de Marine Le Pen. Pour lui, il ne s'agit pas d'un drame familial, mais bien d'une véritable opération de réhabilitation du FN. "Peut-être une opération plus cosmétique qu'autre chose ", s'interroge également le polititologue Pascal Perrinau sur France Info : 

FN : "en écartant le père fondateur qui tient des propos gênants, on espère que ça suffira, ce n'est pas évident" - Pascal Perrinau, politoloque, sur France Info avec Julien Moch
--'--
--'--