Cet article date de plus de dix ans.

Jean-Marc Ayrault en Nouvelle-Calédonie, 25 ans après les événements d'Ouvéa

Le Premier ministre est attendu avec impatience en Nouvelle-Calédonie, un quart de siècle après les tragiques événements de la grotte d'Ouvéa, qui restent encore aujourd'hui très présents dans les mémoires sur l'archipel. Jean-Marc Ayrault arrive aussi dans un contexte politique tendu, alors que les élections provinciales de mai 2014 décideront d'une partie de l'avenir du territoire.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

Après une escale en Corée du Sud jeudi, Jean-Marc Ayrault a posé le pied ce vendredi sur un bout de France de l'autre côté du monde, la Nouvelle-Calédonie.

La visite du Premier ministre est hautement symbolique, alors que l'archipel vient de fêter les 25 ans des accords de Matignon (le 26 juin), qui avaient ramené la paix sur l'île. Quelques mois plus tôt, au cours de cette année 1988, l'attaque d'une gendarmerie sur l'atoll d'Ouvéa, puis une prise d'otages menée par des indépendantistes kanaks avaient provoqué un pic de tension avec la métropole. L'assaut meurtrier mené par les militaires français avait choqué, restant dans la mémoire kanak comme une douleur jamais vraiment éteinte. Jean-Marc Ayrault a prévu de se rendre à Ouvéa au cours de sa visite, pour une "cérémonie silencieuse " selon Matignon. C'est la première fois depuis les événements qu'un Premier ministre se rendra sur place.

Une visite plus politique

À côté du symbole, le but de la visite du Premier ministre prendra un tournant beaucoup plus politique.

En mars 2014, comme en métropole, les élections municipales animeront la Nouvelle-Calédonie. Deux mois plus tard, ce seront les élections provinciales. A priori lointaines et obscures pour les non-initiés, elles revêtent pourtant une importance capitale : les membres du Congrès issus de ce scrutin auront la charge de déterminer la date du futur référendum d'autodétermination. D'où l'importance pour le Premier ministre de montrer son attachement au territoire, en prévision de lendemains tendus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.