Jean-François Copé dévoile ses propositions pour "l'avenir de la France"

Trois jours avant son discours de rentrée à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), le président de l'UMP a accordé une interview au "Figaro magazine".

Le président de l\'UMP, Jean-François Copé, le 8 juillet 2013 à Paris.
Le président de l'UMP, Jean-François Copé, le 8 juillet 2013 à Paris. (FRED DUFOUR / AFP)

"L'UMP doit préparer l'avenir de la France." Trois jours avant son discours de rentrée politique à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), Jean-François Copé dévoile les grandes lignes de son projet pour le pays. Le président de l'UMP, qui pense que son parti peut "créer les conditions d'un grand succès" aux municipales de mars 2014, s'exprime dans une interview au Figaro magazine, mise en ligne sur le site du quotidien jeudi 22 août. Francetv info liste ses propositions. 

Réduire massivement les impôts

Dans cette interview à paraître vendredi, le député-maire de Meaux déclare : "Notre système fiscal doit absolument encourager l'investissement et l'emploi. Il faudra assumer une baisse massive des impôts." "Pour libérer les Français d'une fiscalité oppressante, je propose que l'on réduise de 10% la dépense publique. Soit 130 milliards de dépenses en moins", ajoute-t-il. "La moitié de ces économies serait consacrée à rembourser la dette, et l'autre moitié à rendre du pouvoir d'achat aux ménages et de l'oxygène aux entreprises", suggère l'ancien ministre du Budget.

"Je propose par exemple une baisse immédiate de 10% des charges sociales pour redonner tout de suite 40 milliards d'euros aux entreprises, financés pour moitié par la TVA et l'autre moitié par des économies dans les dépenses", précise Jean-François Copé.

Instaurer des allocations chômage dégressives

Le président de l'UMP suggère de réformer le modèle social français, et de s'aligner sur le régime d'indemnisation du chômage allemand. Ainsi, il est favorable à "la dégressivité des allocations, un programme de lutte contre la fraude avec des sanctions renforcées comme la coupure des allocations [et] un travail hebdomadaire pour ceux qui touchent le RSA". Faut-il totalement revenir sur le RSA, également mis en place sous l'ère Sarkozy ? "Ce travail d'évaluation aboutira sans doute à cette conclusion", affirme également Jean-François Copé.

"Une vraie réforme des retraites"

Concernant les retraites, Jean-François Copé souhaite une "vraie réforme". Il réaffirme qu'il faut reporter l'âge légal de départ à 65 ans, fusionner progressivement le régime général et celui de la fonction publique. "Si François Hollande ne prend pas ces mesures, il ne fera pas une vraie réforme des retraites et prendra une lourde responsabilité vis-à-vis fes générations futures", commente-t-il.

Selon Jean-François Copé, la droite devra également mettre en œuvre d'autres chantiers à son retour au pouvoir. Ainsi, il suggère de "consacrer les six premiers mois de l'alternance à mener par ordonnances, comme le fit le Général de Gaulle en 1958, les grands chantiers pour libérer le pays de ses chaînes".