Renforcement du périscolaire : celui "qui décide paye", répond l'association des maires de France à Jean Castex

Pour éviter aux grands-parents de se mettre en danger en allant chercher les enfants, Jean Castex a suggéré jeudi aux communes d'étendre l'amplitude horaire du périscolaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un élève dans une école primaire à Quimper dans le Finistère, le 4 septembre 2017 (photo d'illustration) (FRED TANNEAU / AFP)

"Sauf exception, les collectivités n'auront pas cet argent pour élargir les horaires de garderie", a déclaré Agnès Le Brun, porte-parole de l'association des maires de France, sur franceinfo jeudi 27 août. Jean Castex a suggéré aux communes d'étendre l'amplitude horaire du périscolaire, une compétence des mairies, pour éviter que les grands-parents ne se mettent en danger en allant chercher les enfants à l'école alors que la France connaît une forte hausse du nombre de cas de Covid-19.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"Si ça coûte quelque chose, et si c'est l'Etat qui l'impose, c'est qui décide paye, a indiqué Agnès Le Brun. Si la collectivité le décide, elle peut le prendre en charge. Si l'Etat décide pour la collectivité, et bien on ne peut pas décider à la place de quelqu'un sans prendre en charge, évidemment, les dépenses inhérentes."

Le périscolaire "demande de l'organisation, du personnel et de l'argent"

"Je ne sais pas comment il faut l'entendre, si c'est une suggestion, une indication", a-t-elle déclaré. Renforcer le périscolaire "ne s'organise pas sur un coin de la table" et ne "peut en aucun cas relever d'une quelconque improvisation, parce que ça demande de la logistique, de l'organisation, des locaux, du personnel et de l'argent." Agnès Le Brun prône "un dialogue" entre les collectivités et l'État, et demande à préserver "la liberté" des communes "qui ne peuvent pas ou ne veulent pas le faire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.