Remaniement: "Le macronisme s'est fait aspirer par le sarkozysme", estime le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle

L'élu EELV se dit sceptique sur l'importance donnée à l'écologie par le nouveau gouvernement et estime que le président n'a pas entendu le message envoyé par les électeurs aux dernières municipales.

FRANCEINTER / RADIOFRANCE

"Le macronisme s'est fait aspirer par le sarkozysme", a estimé mercredi 8 juillet sur France Inter Éric Piolle, le maire écologiste de Grenoble (Isère), pas franchement convaincu par la composition du nouveau gouvernement dévoilé lundi. Pour Éric Piolle, la "nouveauté" que représentait Emmanuel Macron lors de son élection en 2017 a désormais complètement "disparu".

"Emmanuel Macron en 2017 avait une ligne ultra libérale plus ou moins cachée pendant la campagne mais fortement assumée, quand même, pour la première fois de l'histoire sans doute. Il était nouveauté, et avait une volonté d'exécution de son projet. Cette nouveauté, elle a disparu. Le macronisme s'est fait aspirer par le sarkozysme", a expliqué Éric Piolle.

Des "nominations paillettes" qui font disparaître "le vrai message"

Le maire écologiste de Grenoble n'est pas plus convaincu par la nomination de Barbara Pompili au ministère de la Transition écologique, ni par le discours du nouveau Premier ministre, Jean Castex, qui lui semble singulièrement manquer de vert. 

On l'a vu dans l'entretien dimanche [dans le Journal du Dimanche] du nouveau Premier ministre, il y a une seule phrase sur l'écologie, pour dire que c'est important. 

Éric Piolle, le maire écologiste de Grenoble

à France Inter

"Barbara Pompili a un rang protocolaire qui est important, comme l'ont eu ses prédécesseurs, notamment Nicolas Hulot. Mais on a vu ce que ça donnait, ajoute Éric Piolle Quand le cap n'est pas celui-là, un ministère de la transition écologique, en fait ça ne peut pas faire bouger la ligne du gouvernement".

Éric Piolle a aussi tenu à souligner, dans la composition du nouveau gouvernement, "ce message pour la cause féministe qui me met en colère fortement, avec les nominations de Dupond-Moretti et de Darmanin". Et estime qu'Emmanuel Macron n'a pas entendu le message envoyé, selon lui, par les électeurs lors des dernières municipales"Finalement, ces nominations paillettes, ça fait qu'on parle des personnes, de leurs parcours, et ça fait disparaître l'enjeu de l'écologie et le signal qui a été envoyé au président de la République par les Françaises et les Français. C'est un vrai message qui n'est pas entendu", a tranché Éric Piolle.

Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, invité de France Inter le 8 juillet 2020.
Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, invité de France Inter le 8 juillet 2020. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)