Pouvoir d'achat : quelle évolution depuis le début du quinquennat ?

Publié Mis à jour
Pouvoir d'achat : quelle évolution depuis le début du quinquennat ?
France 2
Article rédigé par
J. Bigard, H. Chochois, D. Fossard, C. Ricco - France 2
France Télévisions

Comment a évolué le pouvoir d'achat d'un célibataire et d'un couple depuis 2017 ? Les équipes de France 2 ont réalisé une simulation pour y voir plus clair.

Christophe Meunier, 31 ans, est ouvrier dans l'automobile. Il est célibataire et touche le smic. L'homme est passé, sous le quinquennat, de 1 151 euros à 1 258 euros nets par mois. Sa fiche de paie a donc augmenté de 107 euros, auxquels s'ajoute une prime d'activité de 90 euros. Cette dernière avait augmenté après le mouvement des Gilets jaunes. Depuis 2017, sa taxe d'habitation a aussi été supprimée : ce sont donc 400 euros de moins à verser chaque année pour son deux-pièces.

Des dépenses qui ont grimpé 

Marie et Marc Decot n'ont pas d'enfant. Elle est commerciale dans la compote. Lui, médecin. Leurs revenus s'élèvent à 8 300 euros par mois, dont une partie provient de placements financiers. Eux n'ont que partiellement profité de la baisse de la taxe d'habitation. Un tiers a été supprimé cette année, soit 600 euros. Mais depuis cinq ans, le couple a vu ses impôts fondre grâce notamment à la transformation de l'impôt sur la fortune, ce qui leur a permis de débourser 695 euros en moins chaque mois.

Les deux foyers ont vu plusieurs dépenses grimper en cinq ans. Ils sont fumeurs : le paquet de cigarettes est 2,70 euros plus cher qu'au début du quinquennat, ce qui engendre une dépense de 35 euros supplémentaires par mois. Par ailleurs, l'alimentaire a accusé une hausse de 7%. Christophe Meunier dépense donc 17 euros de plus par mois, contre 41 euros chacun pour Marie et Marc. Puis, il y a également le prix à la pompe : avec deux pleins par mois, cela fait 25 euros de plus à débourser par voiture. De quoi grignoter une partie de la hausse de leur pouvoir d'achat en cinq ans. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.