Déplacement de Gérald Darmanin au commissariat des Mureaux : "C'est un symbole" estime le secrétaire général d'Unité SGP Police FO

Pour son premier déplacement en tant que ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin s'est rendu au commissariat des Mureaux où travaillait Jean-Baptiste Salvaing, tué par un terroriste en 2016, avec sa compagne Jessica Schneider.

Le nouveau ministre de l\'Intérieur Gérald Darmanin au commissariat des Mureaux (Yvelines), le mardi 7 juillet 2020.
Le nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin au commissariat des Mureaux (Yvelines), le mardi 7 juillet 2020. (THOMAS SAMSON / POOL / AFP POOL)

Le choix du commissariat des Mureaux (Yvelines) par le nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin pour son premier déplacement est "un symbole", estime mardi 7 juillet sur franceinfo Yves Lefebvre, secrétaire général d'Unité SGP Police FO, car ce commissariat "est marqué ad vitam eternam dans la mémoire de tous les policiers et de tous les concitoyens qui soutiennent, majoritairement, la police nationale". C'est dans ce commissariat que travaillait Jean-Baptiste Salvaing, tué par un terroriste en 2016, avec sa compagne Jessica Schneider.

Des échanges "sans filtre" avec les policiers

"Les mots ont été forts. Les mots ont été justes. Le temps apporté aux collègues sur le terrain, ses échanges sans filtre attestent d'une volonté d'écouter la police nationale, d'écouter les policiers et d'écouter leur mal-être qui est particulièrement palpable en ce moment", poursuit le syndicaliste.

Yves Lefebvre souhaite que Laurent Nuñez reste place Beauvau, aux côtés de Gérard Darmanin. "C'est immensément important", explique le secrétaire général d'Unité SGP Police FO, car le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, qui officiait aux côtés de Christophe Castaner, "connaît parfaitement la police nationale" et "il incarne le Livre blanc, la réorganisation de la police nationale". "Si on conserve une partie du binôme, de la doublette, on a peut-être la chance d'avancer sur les dossiers plus vite que prévu" souligne Yves Lefebvre, qui précise que le premier message qu'il fera passer à Gérald Darmanin, c'est "qu'on manque aujourd'hui de plus de 1 000 CRS".