Covid-19 : "Vous avez l'impression que votre corps se détraque", confie la ministre du Travail, Elisabeth Borne, après son hospitalisation

Touchée par le variant apparu en Afrique du Sud, la ministre raconte vendredi dans un entretien accordé au "Parisien" son séjour à l'hôpital.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre du Travail, Elisabeth Borne, le 16 février 2021. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Elle fait désormais partie des millions de Français qui ont contracté le Covid-19. Après cette expérience "angoissante", la ministre du Travail, Elisabeth Borne, revient dans les colonnes du Parisien sur ses quelques jours passés à l'hôpital. La ministre, qui dit aller "mieux" même si elle va "avoir besoin d'un certain temps pour récupérer une forme olympique", avait été testée positive le 14 mars.

>> Covid-19 : suivez les dernières infos liées à la pandémie dans notre direct

"J'ai eu le variant sud-africain, qui est peu présent en France. Je ne comprends pas où je l'ai attrapé car je fais très attention au quotidien. Je mets du gel et porte le masque en permanence et privilégie toujours les visioconférences", explique-t-elle. "Vous avez l'impression que tout votre corps se détraque", confie la ministre, disant avoir eu "l'impression de cumuler plusieurs maladies" et s'être vue "administrer ponctuellement de l'oxygène".

"C'est terrible, cette maladie"

Aujourd'hui, "je me sens affaiblie. Ma capacité respiratoire doit encore se rétablir complètement. Pourtant, je suis quelqu'un de sportif et je mène une vie saine", souligne-t-elle. "Peut-être certains ont l'impression qu'on leur répète les mêmes messages depuis un an, mais tout le monde doit être conscient que c'est terrible, cette maladie".

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, elle aussi positive au Covid-19 et hospitalisée depuis mercredi, a annoncé jeudi sur Twitter qu'elle était sous traitement d'"oxygénothérapie renforcée". "Je pense à elle et à tous les Français qui luttent en ce moment contre le virus", poursuit Elisabeth Borne. "Ministres, nous sommes touchés comme les autres par cette troisième vague."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.