Covid-19 : Jean Castex va demander aux maires de Paris, Lille, Lyon, Grenoble et Toulouse de prendre des mesures supplémentaires

Les élus seront libres de choisir les restrictions adaptées à leur territoire. "Si cela ne fonctionne pas, l'État prendra le relais pour le tour de vis", précise un conseiller du Premier ministre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre, Jean Castex, lors de la présentation de son plan de relance, le 3 septembre 2020, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Jean Castex s'entretiendra jeudi 1er octobre, à Matignon ou en visio-conférence, avec les maires de Paris, Lille, Lyon, Grenoble et Toulouse. Selon les informations du service politique de franceinfo, le Premier ministre leur demandera de prendre des mesures supplémentaires face à l'épidémie de coronavirus.

>>> Épidémie de Covid-19 à Paris : "Sur les trois critères pour passer en zone écarlate, nous en avons dépassé deux", annonce la mairie

Un point d'étape devrait ensuite être réalisé au bout de quelques jours pour évaluer l'efficacité de ces nouvelles mesures, dans ces communes placées en zone d'alerte renforcée la semaine dernière. Si nécessaire, l'État pourrait ensuite prendre le relais pour imposer des mesures supplémentaires.

Après un entretien téléphonique à 15h ce mercredi avec la maire de Marseille, Michèle Rubirola, Jean Castex s'entretiendra séparément jeudi avec les maires des quatre autres grandes métropoles : Anne Hidalgo (Paris), Martine Aubry (Lille), Grégory Doucet (Lyon), Eric Piolle (Grenoble) Jet ean-Luc Moudenc (Toulouse), accompagnés de leur préfet et des directeurs d'Agence régionale de santé.

Laisser les maires choisir leurs mesures

"Objectivement, la situation sanitaire n’est pas bonne", explique l’entourage du Premier ministre, alors qu’Olivier Véran, le ministre de la Santé, tiendra demain en fin d’après-midi son point hebdomadaire sur l’évolution de l’épidémie de Covid.

"Il faut tenir compte des différences entre les villes et entre les points de vue de ces élus", commente un conseiller. "Adoptez de nouvelles mesures. Choisissez-les. On fera le point dans quelques jours sur leur efficacité. Si cela ne fonctionne pas, l'État prendra le relais pour le tour de vis". Voilà, en substance le message que Jean Castex fera passer. Le Premier ministre fait, cette fois, le pari de laisser provisoirement la main aux élus locaux. Mais il reste sur sa ligne directrice : si les mesures sont trop impopulaires pour que les maires les assument, lui prendra ses responsabilités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.