Augmentation de 180 euros pour les personnels hospitaliers : le Syndicat national des professionnels infirmiers dénonce une "discussion de marchands de tapis"

Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers CFE-CGC, réagit au projet d’accord qui a été trouvé cette nuit au Ségur de la santé prévoyant une augmentation mensuelle de 180 euros pour les personnels hospitaliers.

Des soignants à l\'hôpital d\'Argenteuil, dans le Val d\'Oise, le 23 juillet 2013.
Des soignants à l'hôpital d'Argenteuil, dans le Val d'Oise, le 23 juillet 2013. (FRED DUFOUR / AFP)

"Nous ne sommes pas dans une discussion de marchands de tapis !", réagit Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers CFE-CGC (SNPI), jeudi 9 juillet dans un communiqué, alors qu’un projet d’accord a été trouvé cette nuit au Ségur de la santé prévoyant une augmentation mensuelle de 180 euros pour les personnels hospitaliers.

Thierry Amouroux rappelle que les salariés réclamaient une augmentation de 300 euros : "Les 300 euros demandés pour tous les infirmiers salariés (public ou privé), c’est le différentiel calculé par l’OCDE entre le salaire infirmier en France et le salaire moyen infirmier des autres pays.''

Nous demandons donc un rattrapage salarial qui n’est même pas la fourchette haute. Lorsque l’on est beaucoup à se partager un petit gâteau, chacun n’a que des miettes !Thierry Amourouxà franceinfo

Par ailleurs, l’enveloppe globale de 7,5 milliards d’euros mise sur la table par le gouvernement est loin d’être suffisante, selon lui : "7,5 milliards c’est ridicule pour 1,7 million de salariés.''