VIDEO. "Le RIC me hérisse" : Edouard Philippe dit son opposition au référendum d'initiative citoyenne lors d'un débat dans les Yvelines

Le Premier ministre a participé à une réunion publique de citoyens à Sartrouville, organisée dans le cadre du grand débat.

"Si je voulais le dire en une formule, je dirais : le RIC me hérisse." Lors d'une réunion publique à Sartrouville (Yvelines), organisée dans le cadre du grand débat national, Edouard Philippe a dit, vendredi 25 janvier, son opposition au référendum d'initiative citoyenne (RIC), l'une des principales revendications des "gilets jaunes".

"Cela ne veut pas dire que je suis contre le référendum, mais je ne suis pas pour le RIC tel qu'il est souvent présenté", a continué le Premier ministre, plaidant ensuite pour le référendum d'initiative partagée. Ce dispositif, déjà prévu par la Constitution, permet d'organiser un référendum sur un projet de loi, selon des conditions très strictes.

Le texte doit être déposé par au moins un cinquième des membres du Parlement, soit au moins 185 députés ou sénateurs, puis recueillir le soutien d'au moins un dixième des électeurs – soit 4,5 millions de personnes environ – avant d'être soumis au vote de l'ensemble des électeurs. "Je préfère cette mécanique, parce que je trouve qu'elle est plus respectueuse de la démocratie", a argumenté Edouard Phillippe, admettant cependant qu'"aujourd'hui le seuil est très haut."

Edouard Philippe, le 25 janvier 2019, à Sartrouville (Yvelines). 
Edouard Philippe, le 25 janvier 2019, à Sartrouville (Yvelines).  (FRANCEINFO)