Confiance au gouvernement : qui votera pour, qui votera contre ?

Pour la deuxième fois en moins de six mois, Manuel Valls se présente devant l'Assemblée nationale pour obtenir la confiance des députés. Un vote qui s'annonce plus compliqué qu'en avril.

Le Premier ministre, Manuel Valls, à l\'Assemblée nationale, le 15 juillet 2014.
Le Premier ministre, Manuel Valls, à l'Assemblée nationale, le 15 juillet 2014. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le Premier ministre, Manuel Valls, présentera sa nouvelle feuille de route aux députés mardi 16 septembre, moins de six mois après son premier discours de politique générale. Mais les circonstances de ce nouveau vote de confiance sont bien différentes : avec le départ des Verts du gouvernement et la mobilisation des frondeurs, la majorité se trouve réduite. Alors qui votera quoi à l'Assemblée nationale ?

Ceux qui voteront la confiance

Une majorité de députés PS. Depuis l'exclusion de l'ex-secrétaire d'Etat Thomas Thévenoud, le Parti socialiste dispose exactement de la majorité absolue, avec 289 sièges sur 577. Par tradition, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, ne devrait pas participer au vote. Une large majorité des 288 élus du groupe socialiste devrait toutefois soutenir le gouvernement, selon L'Express.

Les radicaux de gauche. Manuel Valls devrait en outre avoir le soutien d'au moins une partie des élus du Parti radical de gauche. En avril, 14 des 17 députés du PRG avait voté la confiance. Le gouvernement devrait enfin obtenir le vote d'une non-inscrite, l'ex-socialiste Sylvie Andrieux, souligne l'hebdomadaire.

Ceux qui voteront contre

L'ensemble de la droite. Contrairement à avril dernier, où quelques députés UMP et centristes s'étaient abstenus, l'opposition devrait unanimement voter contre la confiance au gouvernement ce mardi. Soit 199 votes UMP et 30 voix UDI. Six des députés non-inscrits, dont les trois d'extrême droite, devraient eux aussi s'opposer à Manuel Valls, selon le Huffington Post.

La gauche de la gauche. Certains députés du Front de gauche ont déjà annoncé qu'ils voteraient contre la confiance au gouvernement, rapporte L'Express. Reste à savoir si l'ensemble des 15 élus de la Gauche démocratique et républicaine, groupe dont ils font partie, feront le même choix : en avril, deux d'entre eux avaient soutenu le gouvernement et un s'était abstenu.

Une membre du groupe écologiste. Isabelle Attard, députée apparentée écologiste, a annoncé qu'elle voterait contre, comme elle l'avait fait en avril. A l'époque, dix membres du groupe écologiste avaient voté pour et six s'étaient abstenus.

Ceux qui s'abstiendront

Les députés écologistes et chevènementistes. Dix-sept des 18 élus du groupe écologiste ont annoncé qu'ils s'abstiendraient, après une concertation mardi matin. L'ancienne ministre Cécile Duflot avait déjà prévenu, le 9 septembre, qu'elle ne voterait pas la confiance au gouvernement. Les trois députés chevènementistes du Mouvement républicain et citoyen ont en outre annoncé lundi soir qu'ils s'abstiendraient, rapporte BFMTV

Les députés PS frondeurs. "Plusieurs dizaines de députés [socialistes frondeurs] s'abstiendront sûrement", a par ailleurs prévenu un de leurs leaders, Christian Paul, chef de file du mouvement Vive la gauche. Le nombre exact des élus qui feront ce choix reste toutefois difficile à évaluer : ils ont été au maximum 41 à bouder l'exécutif lors du vote du pacte de stabilité en avril. Ils ne devraient toutefois pas voter contre, de peur de voir le gouvernement tomber, souligne BFMTV.

Un cas de figure qui pourrait néanmoins se produire s'ils sont plus d'une cinquantaine de frondeurs à s'abstenir, selon le Huffington Post : avec à peine 240 députés PS et une quinzaine de radicaux acquis à sa cause, Manuel Valls pourrait bien voir les votes "pour" dépassés par les "contre".