Six Français sur dix sont "mécontents" de l'action du gouvernement depuis un an, d'après un sondage

Il s'agit des mêmes résultats que ceux observés en novembre 2017, selon une enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro parue jeudi.

Édouard Philippe, le Premier ministre, à l\'Assemblée nationale le 18 avril 2018.
Édouard Philippe, le Premier ministre, à l'Assemblée nationale le 18 avril 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Six Français sur dix (59%) sont "mécontents" de l'action du gouvernement depuis un an, d'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, paru jeudi 26 avril. Plus précisément, 23% disent être "très mécontents" et 36% "plutôt mécontents". À l'inverse, 36% considèrent être "plutôt satisfaits", et seulement 4% admettent être "très satisfaits".  

Il s'agit des mêmes résultats que ceux observés en novembre, lors d'un précédent sondage, pour les six mois du quinquennat d'Emmanuel Macron. Sur les thèmes qui suscitent l'approbation ou le désaccord des sondés, seuls l'Europe et l'international totalisent 54% de satisfaits. L'insatisfaction est majoritaire dans tous les autres domaines : 53% de personnes interrogées sont insatisfaites sur les questions liée à la sécurité, 54% sur celles liées à l'éducation, et 64% sur les questions économiques et sociales.  

Mis à part les sympathisants La République en marche, satisfaits à 92% par la politique du gouvernement, toutes les autres catégories de la population partagent un jugement négatif : 88% de mécontents parmi les sympathisants de La France insoumise, 59% parmi ceux du Parti socialiste, 57% chez Les Républicains et 77% au sein du Front national.

Des ministres toujours inconnus

Par ailleurs, ce sondage montre que les principaux ministres restent inconnus du grand public depuis un an. En moyenne, sur 20 principaux ministres, 46% des sondés disent ne pas les connaître du tout, ou pas assez pour formuler une opinion. 31% ont un jugement négatif à leur encontre et 23% un jugement positif.

En six mois, la notoriété des ministres a peu évolué : elle n'a progressé en moyenne que de huit points depuis novembre dernier (passant ainsi de 54% à 46% de méconnaissance). Un Français sur cinq (20%) ne connaît pas suffisamment le Premier ministre, Édouard Philippe, pour le juger. Trois Français sur dix font le même constat pour les ministres de l'Economie (28%), Bruno Le Maire, de l'Intérieur (31%), Gérard Collomb, et des Affaires étrangères (35%), Jean-Yves Le Drian. Ils sont quatre Français sur dix concernant le les ministres de l'Éducation (41%), Jean-Michel Blanquer, et du Travail (41%) Muriel Pénicaud.  

Nicolas Hulot de moins en moins populaire

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, est inconnue pour 46% des Français. Il en va de même pour la ministre des Armées (54%), Florence Parly, et la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, (63%). Trois ministères pourtant au cœur de l'actualité avec respectivement : la grève SNCF des cheminots, le conflit en Syrie et les blocages des universités contre la réforme d'accès voulue par le gouvernement. Au-delà de leur manque de popularité, la grande majorité des ministres suscitent des jugements négatifs : Edouard Philippe totalise par exemple 38% de commentaires positifs contre 42% de négatifs.

Deux ministres tirent toutefois leur épingle du jeu : Laura Flessel (ministre des Sports) et Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères) suscitent davantage de commentaires positifs que négatifs (41% contre 18% pour la première, et 38% contre 27% pour le second).

De son côté, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, autrefois ministre préféré du gouvernement, perd 11 points de popularité depuis novembre dernier et suscite désormais plus de jugements négatifs que positifs (46% contre 36%).

*Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1 007 Français représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par internet les 25 et 26 avril 2018.