Réforme : la loi Pacte adoptée

Le gouvernement est allé au bout de la loi Pacte, qui contient la privatisation d'Aéroports de Paris. L'ouverture de son capital à des investisseurs privés passe mal, à droite comme à gauche.

France 3

À l'Assemblée, la privatisation d'Aéroports de Paris cristallise toujours autant les débats. Bruno Le Maire dénonce une dérive de l'opposition, qui a donné la possibilité d'un référendum. "Tous ceux qui se réunissent dans un attelage de circonstance (...) alors que le texte n'est même pas encore voté, font le jeu des populismes et affaiblissent la démocratie représentative", a lancé le ministre de l'Économie.

Un vote sans appel

"Vous êtes dans cette affaire dans une dérive autoritaire qui vous fait dire n'importe quoi" lui a rétorqué Alexis Corbière, député FI de Seine-Saint-Denis. Malgré une ambiance électrique, la loi Pacte est largement votée, avec 147 voix contre 50. Ainsi, des mesures pour les salariés vont être mises en place, par exemple le statut du conjoint salarié. Dans les entreprises, les seuils d'effectifs seront allégés, voire supprimés, afin de favoriser l'embauche. Enfin, les périodes de soldes passent de six à quatre semaines.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement, le 27 mars 2019.
L'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement, le 27 mars 2019. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)