Nouvelle-Calédonie : Édouard Philippe au contact des indépendantistes

En duplex depuis la Nouvelle-Calédonie, le journaliste de France 3 Julien Gasparutto fait le point sur la visite du Premier ministre Édouard Philippe en Nouvelle-Calédonie, à un an du référendum d'autodétermination auquel prendront part les habitants de l'archipel. 

France 3

"C'est un passage obligé pour chaque Premier ministre. La tribu de Tiendanite pour se recueillir sur la tombe de Jean-Marie Tjibaou, leader indépendantiste kanak assassiné à la fin des années 1980", explique le journaliste de France 3 Julien Gasparutto, en duplex depuis la Nouvelle-Calédonie. "En se rendant ici dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, Édouard Philippe entre un peu plus profondément en terre indépendantiste. Il s'est vu remettre un drapeau kanak, 'le seul qu'on veut voir flotter ici', lui a lancé le fils Jean-Marie Tjibaou", rapporte-t-il.

"Puis, comme ses prédécesseurs, le Premier ministre a planté un arbre. Une façon de récolter des fruits tout en respectant le temps qui passe, a-t-il commenté, référence au processus engagé il y a 30 ans et qui doit aboutir à un référendum sur l'indépendance d'ici la fin de l'année", ajoute le journaliste.

Un discours important devant le Congrès calédonien en point d'orgue

"Au troisième jour de ce voyage très sensible, le Premier ministre semble réaliser un sans-faute. Il prend le temps, tisse des liens personnels. Mais attention de ne pas tout gâcher demain : le Premier ministre doit prononcer un discours devant le Congrès calédonien. Il devra donner un cap tout en veillant à ne pas s'imposer et à ne froisser personne", conclut Julien Gasparutto.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre, Edouard Philippe, au Havre (Seine-Maritime), le 28 octobre 2017.
Le Premier ministre, Edouard Philippe, au Havre (Seine-Maritime), le 28 octobre 2017. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)