Féminicide : des mesures pour mieux protéger les femmes

Un Grenelle pour lutter contre les violences conjugales a débuté mardi 3 septembre, à Matignon. Il réunit les services de l'État, des associations et familles de victimes.

France 3

Pour la sécurité des femmes victimes de violences conjugales, Édouard Philippe devrait proposer mardi 3 septembre "la déchéance de l'autorité parentale pour les pères violents, l'extension du bracelet électronique ou encore plus de moyens pour les foyers d'accueil", énumère Béatrice Gelot depuis Matignon. Le Premier ministre "promet des mesures très concrètes et une enveloppe en faveur des associations et des familles de victimes".

"Une honte nationale"

Justement, les familles de victimes de violences conjugales "dénoncent un manque de pris en compte réel par l'État de ce fléau", fait remarquer la journaliste de France 3. À Matignon, onze ministres travailleront dans des groupes de travail avec des associations et des familles de victimes pour élaborer jusqu’au 25 novembre des mesures contre les violences conjugales et les féminicides. "Dès le début de son quinquennat, Emmanuel Macron avait déclaré grande cause nationale la lutte contre les violences faites aux femmes en les qualifiant de honte nationale", conclut Béatrice Gelot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme victime de violences conjugales - illustration.
Une femme victime de violences conjugales - illustration. (ESDOURRUBAILH / MAXPPP)