Budget : le monde du sport est en colère

La première édition de la fête du sport, organisée du 21 au 23 septembre, se déroule sur fond de polémique, quelques jours après les suppressions budgétaires annoncées au ministère des Sports.

S'essayer au judo sous les yeux de sportifs venus faire partager leur passion. Pour sa première édition, la fête du sport tente de susciter des vocations. Mais derrière les sourires, le monde du sport a besoin d'être rassuré. Il y a une quinzaine de jours, le gouvernement annonçait une diminution du budget du ministère des Sports de 30 millions d'euros. Le 21 septembre, la ministre Roxana Maracineanu se veut rassurante afin de désamorcer la polémique. Le même jour, Kevin Mayer, le décathlonien, a fait part de ses inquiétudes sur France Inter : "J'ai peur pour l'avenir du sport français. J’ai toujours eu l'impression qu'on voulait des grands sportifs, mais qu'on ne s'en donnait pas les moyens."

Une pétition contre le manque de moyens

Alors que la France affiche des ambitions pour les Jeux olympiques de Paris en 2024, le sport olympique français lance une pétition pour dénoncer les suppressions de postes et un manque de moyens. La pétition demande que tout l'argent généré par le sport soit reversé aux fédérations avec un objectif commun : que les sportifs français aient les moyens de préparer les Jeux olympiques de 2024. Elle a atteint les 50 000 signatures. La fête du sport, elle, durera jusqu'au dimanche 23 septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Kevin Mayer participe au Décastar de Talence (Gironde), le 16 septembre 2018.
Kevin Mayer participe au Décastar de Talence (Gironde), le 16 septembre 2018. (NICOLAS TUCAT / AFP)