Affaire Naomi Musenga : réforme envisagée pour le Samu

Plusieurs marches blanches sont organisées mercredi 16 mai pour saluer la mémoire de Naomi Musenga, morte après un appel au Samu pas pris au sérieux. Ce drame pourrait entraîner des changements dans l'organisation des urgences.

Voir la vidéo
France 2

Pour réformer le Samu, la ministre de la Santé Agnès Buzyn attend des urgentistes des propositions sur la formation des professionnels. D'abord, une formation pour les opérateurs téléphoniques qui n'est pas homogène sur l'ensemble du territoire. Elle pourrait désormais durer au moins deux ans puis être validée par un diplôme national.

Homogénéiser les Samu

Second axe de la réforme : instaurer une assurance-qualité identique dans tout le pays. Le but : faire remonter les problèmes, soit par une écoute aléatoire : un appel sur cent pour vérifier que les régulateurs répondent correctement, soit par des réunions entre professionnels après un incident. Tous les Samu de France auraient ainsi le même dispositif. Le gouvernement n'a en revanche pas promis de moyens financiers ou humains supplémentaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ambulancier du Samu, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 31 décembre 2001.
Un ambulancier du Samu, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 31 décembre 2001. (PIERRE ANDRIEU / AFP)