Trains gratuits pour les policiers : "On se félicite que les engagements soient tenus", réagit le syndicat Alliance

Pour bénéficier de ces voyages gratuits, le policier doit se présenter à un contrôleur et être armé.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat Alliance, sur franceinfo, le 29 avril 2019. (FRANCEINFO)

"On se félicite que les engagements soient tenus", a réagi samedi 4 septembre sur franceinfo Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat de police Alliance, après l'annonce par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de voyages en train gratuits pour les policiers, sous conditions, à partir du 1er janvier 2022.

franceinfo : Êtes-vous satisfaits de l'annonce du ministre de l'Intérieur ?

Nous nous félicitons que les engagements soient tenus, d'autant que c'était une vieille revendication du syndicat Alliance. Cela va notamment permettre aux policiers de se ressourcer, parce qu'ils sont souvent déracinés par rapport à leur zone géographique et familiale. Ils vont donc pouvoir partir quelques jours, prendre des vacances et se reposer en famille.

Les conditions imposées pour bénéficier de ces voyages gratuits, à savoir se présenter à un contrôleur et être armé, vous conviennent-elles ?

Oui, elles nous conviennent tout à fait, puisque je rappelle que dans notre code de déontologie, nous avons cette obligation d'intervenir hors service s'il y a mise en danger d'autrui. De plus, un policier hors service peut porter son arme depuis l'attentat de Magnanville en 2016. Il y a donc la menace vis-à-vis des policiers, extrêmement importante, et d'autre part la menace envers les citoyens. Si je prends l'exemple du Bataclan, un policier avec une arme de service a réussi à neutraliser un terroriste. Donc, il ne faut pas négliger la possibilité d'impact et d'intervention d'un policier, y compris hors service.

N'est-ce pas dangereux, pour vous, d'intervenir seul dans un train ?

Le policier n'intervient pas n'importe comment, nous avons des protocoles. D'abord, le premier réflexe est de donner l'information, de prévenir les services de police qu'il se passe quelque chose de grave dans un train. Le policier, même hors service, obéit à des règles d'intervention, de gestes techniques professionnels qui lui ont été notamment appris pendant sa formation.

Les autres voyageurs doivent-ils être au courant qu'un policier armé est à leurs côtés ?

Dans le protocole, il est prévu que le policier se signale auprès du contrôleur, du chef de bord. Il ne va pas faire une grande annonce pour dire qu'il est policier, puisque les forces de l'ordre font l'objet d'attaques en tout genre dans l'espace public, voire sur les réseaux sociaux. Donc, il interviendra peut être avec son brassard s'il a le temps de le mettre. Mais en tout état de cause, il ne va pas faire une annonce à l'ensemble du train pour dire qu'il est policier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gérald Darmanin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.