Cet article date de plus de trois ans.

Plainte contre Gérald Darmanin : "S'il était mis en examen pour viol, il devrait quitter le gouvernement", assure Marlène Schiappa

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a refusé, lundi sur France Inter, de se prononcer sur la situation du ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol.

Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, a indiqué, lundi 29 janvier sur France Inter, qu'il était "important que le pouvoir judiciaire puisse travailler sereinement", alors que Gérald Darmanin est visé par une plainte pour viol. "Si Gérald Darmanin était mis en examen pour viol, bien évidemment, il devrait quitter le gouvernement. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est la règle édictée par le président et par le Premier ministre", a rappelé Marlène Schiappa.

La justice ne se rend ni dans les médias, ni sur les réseaux sociaux

Marlène Schiappa

à France Inter

Alors qu'Édouard Philippe a redit "toute sa confiance" à Gérald Darmanin, samedi, des militantes féministes ont lancé une pétition, dimanche, demandant au Premier ministre de mettre fin aux fonctions du ministre des Comptes publics. Pour Marlène Schiappa, si une plainte entraînait automatiquement une démission, "vous pouvez décider de porter plainte contre tous les membres du gouvernement dès demain et tous les membres du gouvernement vont devoir démissionner".

Dans cette affaire, "il y a eu une première plainte pour viol qui a été classée sans suite. Il y a ensuite une plainte de Gérald Darmanin pour dénonciation calomnieuse, qui est en cours d'instruction. Puis, il y a une deuxième plainte pour viol qui est aussi en cours d'instruction", a poursuivi la secrétaire d'État, ajoutant que le ministre des Comptes publics "est présumé innocent à ce stade, mais la femme qui est accusée de déclaration calomnieuse est présumée innocente aussi".

Pas de différences de traitement

Interrogée par une auditrice sur une éventuelle différence de traitement entre Gérald Darmanin et d'autres ministres, qui ont quitté le gouvernement après avoir été visés par des enquêtes, Marlène Schiappa a répondu que "la démission, comme son nom l'indique, n'est pas un renvoi mais un choix de personne".

Les cas de Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard sont différents car ils "avaient fait le choix personnel de démissionner pour pouvoir répondre à un certain nombre de mises en cause politiques et d'enquêtes qui étaient en cours". Gérald Darmanin a, quant à lui, "fait le choix de ne pas démissionner, c'est son choix. Le Premier ministre fait le choix de lui réaffirmer sa confiance au nom du gouvernent, c'est son choix là encore", a rappelé Marlène Schiappa. La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes "pense donc qu'on est dans des cas différents et qui ne sont pas comparables", estime-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gérald Darmanin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.