La première plaignante contre Gérald Darmanin a déposé une nouvelle plainte pour viol, avec constitution de partie civile

Cette nouvelle procédure permet la désignation d'un juge d'instruction. Sa première plainte avait été classée sans suite par le parquet de Paris en février.

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, quitte l\'Elysée après le Conseil des ministres, le 28 février 2018, à Paris.
Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, quitte l'Elysée après le Conseil des ministres, le 28 février 2018, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Un nouvel épisode dans l'affaire Darmanin. Sophie Spatz, qui accuse le ministre des Comptes publics de viol, a déposé une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile cette fois, "la semaine dernière", explique son avocate à franceinfo, mercredi 7 mars, confirmant une information de La Voix du Nord. Sa première plainte avait été classée sans suite par le parquet de Paris en février. Cette nouvelle procédure permettra la désignation d'un juge d'instruction pour relancer l'enquête.

La plainte de Sophie Spatz a été déposée, le 28 février, pour des faits "d’abus de confiance, d’extorsion de consentement sexuel, d’escroquerie au consentement sexuel, de viol, de harcèlement sexuel, avec la circonstance aggravante que les faits commis l’ont été par une personne abusant de l’autorité de ses fonctions", détaille son avocate. 

L'absence de consentement n'est "pas établie" selon le parquet

En février, le parquet avait justifié le classement sans suite de la procédure par le fait que les investigations "n'avaient pas permis d'établir l'absence de consentement de la plaignante et n'ont pas caractérisé davantage l'existence d'une contrainte, d'une menace, d'une surprise ou d'une quelconque violence à son endroit".

Sophie Patterson Spatz, 46 ans aujourd'hui, explique qu'elle s'était adressée à Gérald Darmanin, alors jeune chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP, pour tenter de faire annuler une condamnation à son encontre datant de 2004 pour des faits de chantage et d'appels malveillants contre un ancien compagnon. Selon elle, l'actuel ministre lui aurait alors fait miroiter son appui auprès de la Chancellerie en échange de faveurs sexuelles.

Gérald Darmanin est également visé par une seconde plainte, cette fois pour "abus de faiblesse". Le ministre a, lui, porté plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre ses deux accusatrices.