Gérald Darmanin salue la "responsabilité" des "30 000 maires" qui n'ont pas augmenté la taxe d'habitation

Des augmentations de taxe d'habitation ont été votées par 55 communes de plus de 10 000 habitants, a précisé le ministre de l'Action et des Comptes publics.

Le ministre de l\'Action et des Comptes publics Gérard Darmanin, à l\'Elysée, à Paris, le 10 octobre 2018.
Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérard Darmanin, à l'Elysée, à Paris, le 10 octobre 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Il salue "leur responsabilité". Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a félicité vendredi 12 octobre, dans un tweet et sur RTL, les maires "qui n'ont pas augmenté leurs taux de taxe d'habitation""Près de 30 000 maires sur les 36 000 communes de France n'ont pas augmenté leurs taux de taxe d’habitation. Je salue leur responsabilité pour permettre la baisse d’impôt", a déclaré Gérald Darmanin.

"C'est la preuve que l'immense majorité des élus a confiance dans le gouvernement pour leur verser la compensation à l'euro près à laquelle nous nous sommes engagés", a précisé le ministre dans une interview au Figaro.

La taxe a augmenté dans plus de 6 000 communes 

Des augmentations de taxe d'habitation ont été votées par 55 communes de plus de 10 000 habitants, a précisé dans le quotidien le ministre, renvoyant sur les maires la responsabilité d'une hausse constatée par certains contribuables.

La baisse de 30% de la taxe d'habitation est une des mesures-phares du gouvernement Macron. Mais alors que les avis commencent à arriver dans les boîtes aux lettres, des contribuables ont partagé ces derniers jours, sur les réseaux sociaux notamment, leur désagréable surprise en constatant une augmentation de cet impôt.

Selon Le Figaro, plus de 6 000 communes françaises – soit plus d'une sur six – ont augmenté leur taxe d'habitation en 2018. "C'est moins que l'année dernière : en 2017, la taxe d'habitation avait progressé dans 7 300 communes, en moyenne de 0,73 point. Cette année, l'augmentation moyenne s'élève à 0,49 point", a commenté Gérald Darmanin.

Une suppression totale en 2021 ou 2022

Interrogé par Le Figaro sur l'échéancier de la suppression de la taxe, Gérald Darmanin a rappelé qu'"un peu plus de 5 millions de foyers, la population la moins modeste, ne sont pas concernés par la baisse progressive de la taxe entre 2018 et 2020".

Il ajoute que "leur taxe sera supprimée en 2021, soit intégralement cette année-là, ou en deux fois, en 2021 et 2022". Le gouvernement avait jusqu'alors évoqué la date butoir de 2021.