Pourquoi votre taxe d'habitation a peut-être augmenté malgré la baisse annoncée par le gouvernement

Son allégement de 30% doit profiter à 22 millions de foyers. Pourtant, certains bénéficiaires devraient voir le montant de cet impôt gonfler.

Si 24 250 communes ont conservé en 2018 le même taux d\'imposition qu\'en 2017, 5 680 l\'ont augmenté en 2018, ce qui peut expliquer la hausse de la taxe d\'habitation pour certains contribuables. 
Si 24 250 communes ont conservé en 2018 le même taux d'imposition qu'en 2017, 5 680 l'ont augmenté en 2018, ce qui peut expliquer la hausse de la taxe d'habitation pour certains contribuables.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Alors que les Français reçoivent dans leur boîte aux lettres leur avis d'impôt pour la taxe d'habitation 2018, certains ont eu la mauvaise surprise de voir la note gonfler par rapport à l'année dernière. A titre d'exemple, l'humoriste et ancien auteur des "Guignols de l'info", Bruno Gaccio, s'en est plaint, mardi 9 octobre, sur Twitter. 

Alors que le gouvernement a fait le choix de diminuer progressivement cette taxe pour 80% des foyers, avant de la faire disparaître totalement à l'horizon 2021, franceinfo revient sur les raisons qui peuvent expliquer une hausse de votre impôt.

Votre commune a augmenté son taux

Selon un rapport parlementaire datant de juillet, si 24 250 communes ont conservé cette année le même taux qu'en 2017, 5 680 communes ont, elles, augmenté leur taux pour 2018. Mais attention, ce phénomène est moins important par rapport à l'année précédente, précise ce texte. Pour mémoire, 12 629 communes avaient augmenté leur taux 2017 par rapport à 2016.

Le gouvernement avait mentionné la possibilité de geler les pouvoirs de taux et d'abattements des collectivités, dans l'attente de la suppression définitive de la taxe d'habitation. Mais le Rapporteur général n'a pas eu connaissance de telles propositions au cours des derniers mois.

Votre situation personnelle a changé et vous n'êtes pas concerné par l'allègement

Pour savoir si vous êtes dans cette situation, il suffit de regarder votre revenu fiscal de référence de 2017, indiqué sur votre avis d'imposition. S'il est supérieur à 27 000 euros pour un célibataire, ou à 43 000 euros pour un couple, vous n'êtes pas concerné par la baisse de 30% liée à la réforme de la taxe d'habitation. Celle-ci concerne pour l'instant 80% des foyers en France, soit 22 millions de ménages. Si le montant sur l'avis reçu ce mois est supérieur à celui de l'année dernière, c'est peut-être que vos revenus ont dépassé ces plafonds.

Par ailleurs, si la situation de votre foyer fiscal a changé – mariage, divorce, naissance ou un enfant qui a quitté le foyer –, le montant de votre taxe peut elle aussi avoir augmenté... ou diminué. C'est ce qu'explique le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à Bruno Gaccio :

Vous avez déménagé

La taxe d'habitation se calcule sur la base de la valeur locative du bien que vous occupez. Le taux d'imposition est lui voté par les collectivités territoriales. Résultat : le montant de votre taxe varie non seulement en fonction des communes, mais aussi selon la superficie occupée. Donc si vous avez déménagé dans une autre commune pratiquant des tarifs plus élevés ou pour un logement plus grand dans la même commune, votre taxe va augmenter mécaniquement.