Garde nationale : les effectifs passeront de 56 000 à 84 000 en 3 ans

Nouveau conseil restreint de défense ce mercredi matin à l'Elysée. Il s'agissait de faire le point sur le dispositif de sécurité estival, les opérations antiterroristes intérieures et extérieures et sur le projet de Garde nationale, officialisé par François Hollande. Une Garde nationale destinée à soulager les militaires de l'opération sentinelle, très sollicités depuis plusieurs mois.

(Des gendarmes réservistes participent à une formation en 2010 à l'école nationale de la police de Fos-Sur-Mer. © AFP / PATRICK VALASSERIS)

 Aujourd'hui il y a 56 000 volontaires dans la réserve opérationnelle, l'objectif annonce le ministre de l'Intérieur, c'est d'atteindre 84 000 personnes d'ici trois ans. Dans le détail ce sont 40 000 personnes dépendant du ministère de la Défense (armée), 44 000 pour le ministère de l'Intérieur (police et gendarmerie). Pour cette dernière catégorie, les chiffres évoquaient jusque-là plutôt 80 000.

"Une montée en puissance extrêmement forte qui permettra de prendre le relais des militaires de Sentinelle" - Bernard Cazeneuve
--'--
--'--

La réserve de niveau 2, c’est-à-dire les retraités, a, elle, déjà commencé à être mobilisée. Ce mois d'août,12 500 réservistes de la gendarmerie sont susceptibles d'être appelés. Concrètement cela veut dire 4 000 gendarmes de plus sur le terrain tous les jours, explique Bernard Cazeneuve. Ce n'est pas l'effectif de 15 000 préalablement annoncé.

(©)

Après l'attentat de Nice, François Hollande avait annoncé la mobilisation de la réserve opérationnelle. Le week-end suivant, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, avait lancé un appel aux Français patriotes pour qu'ils rejoignent ce vivier de supplétifs composé à la fois de volontaires et de jeunes retraités de l'armée et de la gendarmerie. Trois jours plus tard en déplacement en Dordogne, le chef de l'Etat confirmait le projet d'une garde nationale, soit l'addition des réserves déjà existantes.

A LIRE AUSSI ►►►Garde Nationale "L'appel au volontariat est une très bonne chose"(Jean-Marie Bockel, sénateur UDI du Haut-Rhin)