Dimanche en politique, France 3

VIDEO. Pour Gilbert Collard, Marion Maréchal a peut-être voulu "se délester de l'héritage de son grand-père"

Gilbert Collard, député FN du Gard, était l'invité de "Dimanche en politique" le 0 mai. Il a notamment réagi à la décision de Marion Maréchal de retirer le patronyme Le Pen de son nom sur les réseaux sociaux.

Voir la vidéo
France 3

Le député du Front national Gilbert Collard était l'invité de Dimanche en politique ce dimanche 20 mai. Invité à réagir à la décision de Marion Maréchal-Le Pen de retirer le patronyme Le Pen de son nom sur les réseaux sociaux, celui-ci estime qu'"elle a donné son explication" [...] : elle veut garder un caractère privé à sa vie, et elle considère que s'appeler Le Pen la 'déprivatiserait' en quelque sorte".

"Je souhaite que Marion Maréchal revienne en politique, mais derrière Marine Le Pen"

"Ça, c'est l'explication qu'elle donne, poursuit le député. Honnêtement on peut s'en contenter. Est-ce que, honnêtement, on peut s'en contenter ? Moi je m'en contente, parce que j'ai envie qu'elle soit contente. Mais à part ça, je me pose la question de savoir si derrière cette amputation nominative, il n'y a pas quelque part... mais je n'en sais rien ! Je ne sais pas, une volonté de se délester de l'héritage du grand-père, pour peut-être mieux s'envoler...".

Mais le député frontiste du Gard était également invité à se prononcer sur son éventuel retour sur la scène politique : "Moi, je souhaite qu'elle revienne en politique, mais derrière Marine, au Front national, avec nous. D'autant plus qu'elle a le temps, elle est si jeune. Ce n'est pas évident, mais bon, il suffirait qu'elle le demande demain pour qu'on l'acceptât", a-t-il expliqué.

Le député Front national a affirmé qu’il votera pour le nom de "rassemblement national", mais selon lui la "diabolisation ne cessera pas" pour autant.

Pour une ambassade de France à Jérusalem  

Pour Gilbert Collard "la capitale d'Israël, c'est Jérusalem" et Donald Trump "a eu le courage de faire ce qu'il avait dit". Il a également défendu l'idée d'une ambassade de France à Jérusalem. Quand on lui demande de quelle nature sont ses relations avec la Ligue de défense juive (LDJ), Gilbert Collard parle de "liens de remerciement" pour leur protection. Puis d’ajouter : "Je ne vois pas quelles exactions ont été commises en France" par la LDJ.

NDDL : 1 800 gendarmes contre des "illuminés"

Gilbert Collard s’est exprimé sur la gestion par le gouvernement de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : "On est où ? 18 00 gendarmes pour évacuer" quelques "illuminés". Puis il est revenu sur les zadistes : "L'Etat de droit en France n'est pratiquement plus respecté."

Contestation : "Faire du bruit", cela ne suffit pas

Gilbert Collard a commenté les "sorties tribuniciennes" de François Ruffin, député La France insoumise : "Si les cymbales faisaient avancer le monde, le chef d'orchestre serait président de la République," a-t-il lancé, reconnaissant qu’il "fait du bruit" mais que cela ne suffit pas.

Gilbert Collard cherche un équivalent français au Mouvement 5 Etoiles (M5S) italien : "Cela pourrait être La France insoumise sauf qu'ils en sont encore aux manifs avec des pancartes. Ce qu'ils ont de commun, c'est la contestation."

Commentant la sortie récente du ministre de la Transition écologique et solidaire, Gilbert Collard assure : "Nicolas Hulot est au hublot de départ. Cela va devenir de plus en plus dur à tenir pour lui." 

collard
collard (France 3)