VIDEO. Marine Le Pen: "Je n'admets pas que 7 millions d'électeurs du FN soient ramenés au rang d'assassins"

La présidente du Front national a retiré de son compte Twitter, jeudi, la photo du corps décapité de James Foley, mais pas les autres clichés des exactions de l'Etat islamique. Elle répond aux questions de France 2, à Strasbourg.

Voir la vidéo
CYRIL ZHA et MATTHIAS SECOND - FRANCE 2
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Non, je ne regrette pas la publication de ces photos." Une enquête préliminaire a été ouverte, mercredi, contre Marine Le Pen par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour "diffusion d'images violentes", après la publication sur son compte Twitter de trois photos de victimes du groupe Etat islamique. La présidente du Front national a retiré de son compte Twitter, jeudi 17 décembre, la photo du corps décapité de James Foley, otage américain exécuté par le groupe Etat islamique. Mais elle a conservé les autres. Elle répond aux questions de France 2 au Parlement européen de Strasbourg.

"Je ne savais pas que c'était la photo de James Foley"

John et Diane Foley, les parents de l'otage américain, ont réclamé le retrait de la photo de leur fils du compte Twitter de Marine Le Pen. "Moi, je ne savais pas que c'était la photo de James Foley. Quand j'ai appris que les parents réclamaient que je retire cette photo, je l'ai retirée, évidemment !" dit-elle. "L'objectif était de mettre le nez de certains nombres de journalistes et de responsables politiques sur l'énormité et l'outrance qu'il y a à comparer le Front national et Daech, a expliqué Marine Le Pen devant plusieurs journalistes. Je n'admets pas que 7 millions d'électeurs français du Front national soient ramenés au rang d'assassins."

A la question de savoir si elle enlèvera les autres photos postées et empruntées à la propagande de l'Etat islamiste, Marine Le Pen répond : "J'attends que ces familles m'appellent"

Marine Le Pen au Parlement européen, à Strasbourg, le 15 décembre 2015.
Marine Le Pen au Parlement européen, à Strasbourg, le 15 décembre 2015. (FREDERICK FLORIN / AFP)