Municipales 2020 : Moissac n’est pas "un laboratoire pour un éventuel retour de Marion Maréchal", affirme Romain Lopez, le nouveau maire RN

Romain Lopez était l'attaché parlementaire de Marion Maréchal mais affirme aujourd'hui être "totalement indépendant".

Le nouveau maire de Moissac dans le Tarn-et-Garonne, Romain Lopez (Rassemblement national), le 16 juin 2020.
Le nouveau maire de Moissac dans le Tarn-et-Garonne, Romain Lopez (Rassemblement national), le 16 juin 2020. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"J'ai reçu un message de félicitations" de Marion Maréchal, a admis lundi 29 juin sur franceinfo son ancien attaché parlementaire, le RN Romain Lopez, élu maire de Moissac, en Tarn-et-Garonne, avec 62,45% des voix contre sa rivale de gauche, Estelle Hemmami qui récolte 37,55% des suffrages. "Mais elle ne travaille pas à mes côtés, a-t-affirmé. Je suis totalement indépendant. Marion Maréchal a arrêté la politique, donc ce n’est pas un laboratoire pour un éventuel retour de Marion Maréchal", a-t-il souligné.

>> Réactions, analyses... Suivez en direct toutes les infos liées au second tour des municipales 2020

Romain Lopez a gagné avec une liste divers droite qui avait le soutien du RN. "Je suis adhérent au Rassemblement national et je ne le cache pas. Par contre, on est sur une démarche différente qui n'est pas politisée", dit-il. "Les bonnes volontés peuvent se trouver partout, au RN, à droite et à gauche". Sur la liste du nouveau maire, on trouve "des anciens élus de la droite RPR ou UMP", et "quelques personnes de gauche".

"Je ne suis pas le diable"

Moissac, commune de 13 000 habitants, est une ville de Justes dont la population a sauvé plusieurs centaines d'enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale : "On va travailler sur ce niveau-là pour développer cette mémoire-là qui fait la fierté de notre commune". Il ne veut pas entendre parler pour autant de nouvelle étape dans la dédiabolisation du Rassemblement national : "Je ne suis pas le diable, je suis un enfant de ma commune et je considère que le Rassemblement national est un parti républicain qui est d'ailleurs un des derniers à promouvoir l'idéal républicain. Donc, je ne vois pas une rupture avec l'histoire de Moissac ou de notre département", a-t- affirmé.