Marion Maréchal ne s'appelle plus Le Pen sur les réseaux sociaux

L'ancienne députée du Vaucluse a modifié son nom sur ses comptes Twitter et Facebook. Et le changement n'est pas passé inaperçu.

Marion Maréchal-Le Pen, ici à Carpentras (Vaucluse) pour le second tour de la présidentielle le 7 mai 2017.
Marion Maréchal-Le Pen, ici à Carpentras (Vaucluse) pour le second tour de la présidentielle le 7 mai 2017. (MAXPPP)

Ne l'appelez plus Le Pen. L'ex-députée du Vaucluse Marion Maréchal a amputé Le Pen de son nom sur Twitter et Facebook, vendredi 18 mai. La nièce de Marine Le Pen porte donc publiquement uniquement le nom de son père, Samuel Maréchal.

"Elle fait valoir une sorte d'anonymat"

"N'étant plus une femme politique, elle fait valoir son droit à une sorte d'anonymat en revenant à son nom d'état civil, estime l'un de ses proches, interrogé par franceinfo. Elle veut marquer la différence entre la personne publique et le monde professionnel." "Elle avait fait ce choix de prendre ce nom [Le Pen] dans la vie politique pour marquer le coup (...) et parce que c'était aussi se mettre dans une filiation", rappelle-t-il aussi. 

Elle ne veut pas faire son beurre sur un nom très connu, c'est tout à son honneur.un proche de Marion Maréchal-Le Penà franceinfo

Le nom Le Pen la pénalise-t-il dans sa nouvelle vie professionnelle ? "Non", assure ce dernier, qui reconnaît tout de même que "ça n'est pas pareil d'être dans une école de sciences politiques dirigée par Marion Maréchal que par Marion Maréchal-Le Pen". L'ex-députée, qui a annoncé en mai 2017 son retrait temporaire de la vie politique, ouvrira à la rentrée 2018 une académie de sciences politiques à Lyon, qu'elle dirigera. Cette école accueillera des "cadres de droite, de tous les courants de la droite". 

Comment ont réagi Marine et Jean-Marie Le Pen à cette décision ? Dans l'entourage de la présidente du Front national, "on démine la portée potentiellement politique de l'abandon de nom", explique L'Express. "Marion ne veut pas être assignée à résidence politique dans ses activités civiles. C'est l'inverse d'un calcul politique", souligne un proche de la présidente du FN contacté par l'hebdomadaire. De son côté, Jean-Marie Le Pen a affiché une indifférence totale. "Ah bon ?", a réagi le patriarche, également interrogé par L'Express.