Front national : les adhérents largement favorables à la suppression du poste de Jean-Marie Le Pen

Le parti a dévoilé, mercredi, les résultats de sa consultation nationale. Dans le détail, 94,08% des votants ont approuvé les nouveaux statuts proposés, dont la suppression de la présidence d'honneur.

Jean-Marie Le Pen, président d\'honneur du FN, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 12 juin 2015.
Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 12 juin 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)

Jean-Marie Le Pen n'est plus soutenu par la base du Front national. Le président d'honneur a remporté une nouvelle bataille judiciaire face à sa fille, mais le parti a publié, mercredi 29 juillet, les résultats de la consultation nationale pour montrer que les adhérents soutenaient Marine Le Pen. 

La formation a dévoilé, dans un communiqué, les résultats du dépouillement, indiquant que 94,08% des votants (26 717 voix sur les 28 399 exprimées et 28 664 votants) ont approuvé les nouveaux statuts. Or ces statuts proposent notamment la suppression de la présidence d'honneur, actuel poste de Jean-Marie Le Pen.

Il "perd (…) toute légitimité politique" à rester à son poste

D'après le FN, ce score donne "une indéniable légitimité aux décisions politiques et disciplinaires que les instances dirigeantes du FN ont prises et prendront dans les prochaines semaines"

"Jean-Marie Le Pen perd aujourd’hui devant ce choix incontestable fait par le peuple du Front national toute légitimité politique à rester Président d'honneur", écrit le parti dans le communiqué. Et d'ajouter : "S’acharner à se maintenir, via des artifices juridiques, face à une réalité aussi implacable n’est ni respectable ni raisonnable ; c’est l’essence et l’honneur d’un démocrate que de s'incliner, quel que soit son statut, devant la volonté populaire."

"Communication politicienne au pire sens du terme", estime Jean-Marie Le Pen

Le président d'honneur du Front national n'a pas tardé à réagir sur son blog. "Cette publication 'hors la loi' est une opération de communication politicienne au pire sens du terme", a-t-il écrit. Et de dénoncer des "opérations de réception et de comptage" "réalisées de façon totalement opaque sans possibilité de contrôle".

Il estime également que les adhérents du parti ont "largement" suivi sa "consigne d'abstention", et souligne que "sur 51 000 inscrits, seuls 28 000 avaient, selon la direction du FN, voté le 10 juillet sur la modification des statuts".