Cet article date de plus de six ans.

Florian Philippot réclame 50 000 euros de dommages et intérêts à "Closer"

Le vice-président du Front national attaque le magazine people pour violation de sa vie privée, après la publication de photos en compagnie d'un homme présenté comme "son ami".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Floriant Philippot, vice-président du FN, à Uckange (Moselle), le 24 novembre 2014. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Cinquante mille euros. C'est le montant des dommages et intérêts que Florian Philippot, vice-président du Front national, réclame à Closer pour violation de sa vie privée, après la publication de photos en compagnie d'un homme présenté comme "son ami". Ces photos et un reportage révélant l'homosexualité de Florian Philippot ont été publiés le 12 décembre.

Florian Philippot réclame également à l'hebdomadaire 5 000 euros au titre des frais de justice, la publication du jugement en couverture, la suppression du sujet sur le site closermag.fr, l'interdiction de réexploiter les photos ainsi que l'injonction de communiquer le contrat et la facture pour l'achat des photos, ainsi que la communication du tirage et de la diffusion.

Procédure en urgence le 22 décembre

Sur les photos publiées par Closer, le visage de l'ami qui accompagne le numéro 2 du FN est flouté. Mais pas assez, estime l'ami en question, qui a pris la parole dans une tribune publiée sur Rue89. Selon lui, en publiant les photos, il était "inévitable que je sois la cible de menaces de mort". Le site d'informations précise qu'il est la cible de "menaces et autres désagréments" depuis la parution des clichés.

L'audience au tribunal de grande instance de Paris, devant le juge des référés – une procédure en urgence – est fixée au 22 décembre à 9h30.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.