Jean-Marie Le Pen : ses mémoires tirés à 50 000 exemplaires

Jean-Marie Le Pen est l'invité du Soir 3. Le créateur du Front national en 1972 évoque la publication de ses mémoires.

Voir la vidéo

Des mémoires tirés à 50 000 exemplaires et déjà prévendus en ligne. L'ouvrage de Jean-Marie Le Pen rencontre un certain succès, avant sa publication en librairies, ce jeudi. "Je ne suis pas un écrivain habituel. Par conséquent, je ne m'attendais pas à ce succès de départ", commente le fondateur du Front national.

Opposant historique au général De Gaulle

Dans cet ouvrage, la figure de l'extrême-droite française raconte son histoire, à sa façon, depuis sa naissance jusqu'à 1972 avant la création du FN. Avec une grande partie consacrée à Charles De Gaulle, son opposant historique : "Il est normal, du fait des responsabilités qu'il a prises, qu'il soit jugé par des citoyens", affirme Le Pen. Avant d'ajouter : "Je me place comme quelqu'un qui se permet de juger, en reconnaissant au général un certain nombre de succès, mais discutant en particulier de son rôle à la Libération, c'est-à-dire en laissant les mains libres aux communistes de faire leur épuration. Et ensuite à l'affaire de l'Algérie, où il a véritablement trahi la parole qu'il l'avait appelé."

Le livre revient également sur la période de mai 1968, où l'homme politique n'évoque en aucun point Daniel Cohn-Bendit. "Il a eu le rôle polarisateur que lui ont donné les médias". Avant également d'évoquer ses positions sur l'immigration, avec l'apparition d'un terme qu'il n'avait pourtant plus utilisé depuis quelques temps : celui de grand remplacement. "Il y a un risque fondamental pour la France et pour l'Europe, d'être submergé par la vague migratoire, provoquée par l'explosion démographique"

Jean-Marie Le Pen, à Luxembourg, le 23 novembre 2017.
Jean-Marie Le Pen, à Luxembourg, le 23 novembre 2017. (JOHN THYS / AFP)