De l'élection à son annulation... Joris Hébrard, un maire FN et des polémiques sur tous les fronts

La justice a annulé son élection, remportée en mars avec sept voix d'avance. Un nouvel accro pour Joris Hébrard, dont le début de mandat s'est révélé chaotique.

Joris Hébrard, le maire FN du Pontet (Vaucluse), le 9 mai 2014.
Joris Hébrard, le maire FN du Pontet (Vaucluse), le 9 mai 2014. (MAXPPP)

Il avait remporté le scrutin avec sept petites voix d'avance. La justice a annulé l'élection de Joris Hébrard, maire FN du Pontet (Vaucluse), annonce son adversaire UMP Claude Toutain, jeudi 16 octobre.

L'opposant avait introduit un recours en annulation devant le tribunal administratif, mettant en avant "des faits déloyaux" durant la campagne ou les opérations de vote. Le directeur du cabinet du maire a déjà annoncé au Monde.fr que la décision serait contestée auprès du conseil d'Etat.

Il s'agit d'un nouvel accro pour Joris Hébrard, l'un des 11 maires élus avec le soutien du FN en mars dernier. Francetv info revient sur les précédentes polémiques causées par le jeune édile de 31 ans.

La hausse des indemnités du maire votée, puis annulée

Après son élection, en mars, la nouvelle municipalité FN a voté une délibération augmentant, à partir d'avril, les indemnités du maire de cette ville de 15 000 habitants et de ses adjoints. L'indemnité du premier édile est ainsi passée de 2 470,95 euros à 3 227,45 euros, soit une augmentation de 44%.

"Je ne me suis pas augmenté, je n'étais pas maire avant, s'est défendu Joris Hébrard sur LCI. Le maire précédent (...) cumulait donc il a été obligé de baisser son indemnité. Elle était anormalement basse, nous on est simplement revenus à l'indemnité normale." Le jeune élu a finalement été contraint en août de revenir sur cette hausse, jugée contraire au code des collectivités territoriales par la préfecture du Vaucluse.

La gratuité de la cantine supprimée pour les plus démunis

La municipalité a décidé, en juin, de supprimer la gratuité de la cantine pour les familles les plus démunies. La mesure, destinée à les "responsabiliser", doit permettre de dégager une économie de 30 000 euros selon Joris Hébrard, rapporte France 3 Provence-Alpes.

"Qui n'a pas 1,57 euro à verser à la collectivité pour un repas complet et équilibré ?", a déclaré le directeur de cabinet du maire FN. Cette somme correspond, d'après lui, à la demi-gratuité à laquelle pourraient prétendre les parents des 65 enfants concernés, le tarif normal du repas étant de 3,15 euros.

Une décision "absolument scandaleuse", a dénoncé dans la foulée le leader de l'opposition, l'UMP Claude Toutain : "On touche les familles les plus défavorisées, monoparentales, les gens au RSA ou en fin de droits au chômage, alors que le maire s'est octroyé une augmentation de salaire de 44%, soit 1 000 euros, qui aurait permis de financer 500 repas par mois."

La fin de l'aide au Téléthon 

C'est dans un simple email que la municipalité a annoncé, mi-septembre, se désengager du Téléthon, selon le Dauphiné Libéré. La commune a fait part de sa décision à l'association La goutte de sang pontétienne, qui organisait depuis 10 ans une course à pied pour récolter des dons.

"Les agents de la commune ont autre chose à faire que d'organiser le Téléthon, a expliqué au Lab le directeur de cabinet de Joris Hébrard. L'implication de la ville coûtait 15 000 euros. Si on rajoute les dons, grâce à l'investissement du Pontet, le Téléthon récoltait environ 20 000 euros. Mais nous aussi on a nos soucis financiers." A savoir la dette de la ville, "au bord du gouffre" selon Joris Hébrard.