Congrès du FN : le changement de nom n'est pas "suffisant" pour "enclencher un changement de politique"

Au moment où le FN va changer de nom, Le spécialiste en communication politique, Stéphane Wahnich, a estimé dimanche sur franceinfo que "le Front national reste dans l'extrême droite traditionnelle".

Le spécialiste en communication politique, Stéphane Wahnich, le 24 avril 2002.
Le spécialiste en communication politique, Stéphane Wahnich, le 24 avril 2002. (MAXPPP)

Marine Le Pen annoncera dimanche 11 mars le nouveau nom du Front national en clôture du congrès du parti à Lille. Cette évolution ne sera pas "suffisante" pour "enclencher un changement de politique", a estimé sur sur franceinfo Stéphane Wahnich, professeur-associé à l’Université Paris-Est-Créteil en communication politique et publique et co-auteur, avec Cécile Alduy, de Marine Le Pen prise aux mots publié au Seuil. Ce nouveau nom sera soumis au vote ultérieurement des militants. "Le Front national reste dans l'extrême droite traditionnelle", selon Stéphane Wahnich qui voit dans l'invitation de Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump, un signe supplémentaire.

franceinfo : Le changement de nom suffira-t-il à changer l'image du parti ?

Stéphane Wahnich : Non, un changement de nom doit enclencher un changement de politique. Est-ce que le FN va se recentrer, c’est-à-dire abandonner le ni gauche-ni droite, ou est-ce qu'il va rester idéologiquement le même? A priori Marine Le Pen veut garder le ni gauche-ni droite donc je ne suis pas sûr que le changement de nom sera suffisant.

Quel signe est envoyé quand Marine Le Pen invite Steve Bannon au congrès ?

C'est une drôle d'idée, je trouve. Steve Bannon extrêmise le Front national, il n'est pas une personne de gouvernance, c'est un trublion de l'extrême droite des États-Unis. Il a beaucoup aidé Trump pour gagner les élections, mais Trump a dû le démissionner tellement il était ingérable à la Maison Blanche. C'est un peu strass et paillette. Mais structurellement, ce n'est pas le signe que le FN va devenir un parti national de gouvernance. C'est plutôt le signe que le FN reste dans l'extrême droite traditionnelle.

Le changement peut-il venir des nominations au bureau politique attendues aujourd'hui ?

C'est important, on va voir quelle place le FN donne à la nouvelle génération parce qu'eux ont une autre logique. Cette jeune génération a plutôt soutenu la jeune fille métisse choisie pour représenter Jeanne d'Arc à Orléans, qui a subi des insultes.

La place de président d'honneur va être supprimée pour Jean-Marie Le Pen. Est-ce que ce n'est pas prendre le risque de se couper d'une partie des militants ?

C'est un risque à prendre dans le sens où Jean-Marie Le Pen empêche Marine Le Pen de faire évoluer le FN. En revanche Marine Le Pen ne donne pas les signes que le FN va vers un parti de gouvernement. Peut-être que c'est dans un premier temps : changer de nom, évincer Jean-Marie Le Pen c'est déjà beaucoup à la fois. On va voir dans l'avenir ce qui se passe, mais pour l'instant je ne vois pas dans le discours du FN une évolution flagrante.