Avril 2002 : le paroxysme du combat entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen

À quelques jours du second tour de l’élection présidentielle 2002, Jacques Chirac refuse tout débat télévisé avec Jean-Marie Le Pen. Le sommet d’une rivalité intense entre les deux hommes.

Franceinfo

21 avril 2002 : en tête après le 1er tour de l’élection présidentielle, Jacques Chirac est talonné, à la surprise générale, par Jean-Marie Le Pen, et non par Lionel Jospin. Refusant tout débat d’entre-deux tours avec son rival d’extrême-droite, le leader du RPR prononce un discours fort à Paris contre les idées du Front National. “Je m’oppose avec détermination à ceux qui brandissent la menace de la rue, qui agitent le spectre de la force brute, de l‘irrationnel et du mépris”, tonne le président sortant. Largement réélu au second tour grâce au “front républicain”, Jacques Chirac triomphe de Jean-Marie Le Pen, pour qui c’est le début du déclin politique.

Jacques Chirac "a droit au respect”

Avant cela, les hommes se livraient une intense bataille dans les années 90, avec un Chirac refusant tout accord avec le parti d‘extrême-droite. “Jacques Chirac arrive à tenir le même discours que le FN tout en affirmant que le FN est extrémiste et en le diabolisant”, estimait, amer et furieux, Jean-Marie Le Pen, en 1991. S’il a affirmé dans ses mémoires “Chirac, je ne l’aime pas”, le fondateur du Front national s’est montré sous un autre jour sur Twitter, dans les heures qui ont suivi la mort de son ancien vainqueur : “Mort, même l’ennemi a droit au respect”.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président du Front National et candidat à l\'élection présidentielle, Jean Marie Le Pen, réagit après l\'annonce des premières estimations des résultats du premier tour des élections, le 21 avril 2002 à Saint-Cloud au quartier général du Front National. 
Le président du Front National et candidat à l'élection présidentielle, Jean Marie Le Pen, réagit après l'annonce des premières estimations des résultats du premier tour des élections, le 21 avril 2002 à Saint-Cloud au quartier général du Front National.  (ERIC FEFERBERG / AFP)