Cet article date de plus de deux ans.

Alliance LREM-LR en PACA : "Le front républicain qui se dessine me semble fondamental", estime Marlène Schiappa

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé dimanche le retrait de la liste LREM au premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, au profit du président LR sortant de la région, Renaud Muselier. Invitée du 8h30 de franceinfo dimanche, la tête de liste de la majorité à Paris estime que le "front républicain" est un acte politique "essentiel".

Après le feu vert donné par Jean Castex au retrait de la liste La République en marche (LREM) pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) en vue d'une alliance avec la liste Les Républicains (LR), conduite par Renaud Muselier, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa a estimé dimanche 2 mai sur franceinfo que ce "front républicain qui se dessine et une alliance, sur la base, j'imagine, d'un projet" est "fondamental".

>> Suivez notre direct sur les élections régionales : Alliance entre LREM et Renaud Muselier pour les régionales en Paca : "Cet accord nous amènera au déshonneur et à la défaite", réagit Xavier Bertrand

"Il y a un risque très élevé de Rassemblement national dans la région Paca"

Marlène Schiappa

ministre déléguée chargée de la Citoyenneté

La tête de liste LREM à Paris pour cette même élection, s'est félicitée de l'annonce d'un rapprochement de LR et du parti de la majorité. Elle a rappelé la décision similaire prise lors des dernières régionales par le candidat socialiste de l'époque dans la région, Christophe Castaner, "qui avait décidé dans un deuxième temps de retirer sa liste pour faire barrage au RN".

Un exemple un an avant la présidentielle  ?

Mais pas question pour autant d'élargir la démarche à tout le territoire dans l'immédiat. En Île-de-France, la ministre ne compte pas tendre la main à la candidate de droite (Libres !) Valérie Pécresse : "Moi, je ne m'engage pas pour conduire une liste et commencer ma campagne en tendant la main de-ci de-là". Pour appuyer sa position, Marlène Schiappa évoque un programme "fondamentalement différent" entre le chef de file LREM Laurent Saint-Martin et la présidente de région sortante, "même si elle lui court après sur un certain nombre de propositions", a-t-elle poursuivi.

Quant à savoir si l'alliance en Paca peut préfigurer de certains rapprochements pour l'élection présidentielle, la ministre a estimé "qu'on peut poursuivre encore cette recomposition politique", appuyée par les récents appels de certains cadres de LR (Christian Estrosi, Hubert Falco) à ce que la droite rejoigne Emmanuel Macron. "En 2017, je venais de la gauche. Quand nous disions que nous allions rejoindre Emmanuel Macron, ça nous semblait un peu baroque à l'époque, mais je crois que cette recomposition politique sur le fondement des valeurs du projet, elle est fondamentale", a ajouté Marlène Schiappa, considérant même que "s'il peut y avoir d'autres" appels au rassemblement de ce type, "ce serait encore mieux".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.