Les problématiques financières du Rassemblement national "n'impactent pas les électeurs", assure David Rachline

Le maire RN de Fréjus (Var), où Marine Le Pen effectue sa rentrée politique ce week-end, était dimanche l'invité de franceinfo.

Le membre du bureau exécutif du RN et maire de Fréjus (Var), David Rachline, le 26 avril 2017, à Paris.
Le membre du bureau exécutif du RN et maire de Fréjus (Var), David Rachline, le 26 avril 2017, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le Rassemblement national fait sa rentrée à Fréjus, dans le Var, samedi 15 et dimanche 16 septembre, dans un contexte économique compliqué pour le parti. Depuis la saisie de deux millions d'euros d'aide publique dans l'affaire des assistants présumés fictifs du Parlement européen, "cette difficulté nous empêche de fonctionner normalement, d'imprimer les milliers de tracts que nous souhaiterions et de louer les salles idéales", a expliqué, dimanche matin sur franceinfo, David Rachline, membre du bureau exécutif du RN. Pour autant, le maire de Fréjus l'assure : "Nos problématiques financières n'impactent pas les électeurs".

Les élections européennes en ligne de mire

Malgré ces difficultés, "nous sommes le premier parti d'opposition, a martelé David Rachline. Les autres partis ne proposent pas de projet différent". Alors que Marine Le Pen va lancer dans le Var la campagne pour les élections européennes de mai 2019, le maire de Fréjus a tenu à réaffirmer les fondamentaux de son parti : "Deux modèles s'affrontent : soit l'Europe d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel, soit le modèle que nous proposons avec Matteo Salvini en Italie, avec la Hongrie de Viktor Orban".

L'ancien directeur de campagne de Marine Le Pen lors de la présidentielle a assuré que le parti avait "évolué"  depuis les dernières élections. Selon lui, le RN a "compris ce qui n'a pas fonctionné", citant notamment des sujets "où les Français ne [leur] ont pas fait confiance, comme la monnaie".