Cet article date de plus de deux ans.

Emplois présumés fictifs au FN : l'eurodéputé Nicolas Bay et le garde du corps de Marine Le Pen mis en examen

Le député européen a été mis en examen pour "abus de confiance" dans l'enquête sur des emplois fictifs présumés d'assistants parlementaires au Front national.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Bay, alors directeur de campagne de Marine Le Pen pour l'élection présidentielle de 2017, lors d'une conférence de presse à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 17 février 2015. (JALLAL SEDDIKI / CROWDSPARK)

Le député européen Nicolas Bay a été mis en examen le 8 juin pour "abus de confiance", dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires du FN (désormais Rassemblement national), a appris franceinfo de source proche de l'enquête. C'est le même chef de délit retenu à l'encontre de la présidente du RN Marine Le Pen, en juin 2017.

Le garde du corps de Marine Le Pen, Thierry Légier, rémunéré comme assistant parlementaire, a aussi été mis en examen le 18 avril, pour sa part pour "recel d'abus de confiance", selon la même source. 

L'enquête ouverte en France en 2015 pour des soupçons d'emplois fictifs vise 17 députés européens du RN. Parmi eux figurent Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot, Florian Philippot, et la présidente du Front national, Marine Le Pen. Ces parlementaires sont soupçonnés par l'Office européen de lutte antifraude (Olaf) d'avoir rémunéré avec leur enveloppe parlementaire une vingtaine d'assistants, qui travaillaient en fait uniquement pour leur parti.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.