Assistants parlementaires du FN : un tableau "compromettant" et un e-mail au cœur de l'enquête

Le "JDD" et l'AFP évoquent des documents, consultés par les enquêteurs, qui témoignent d'un système "d'optimisation" de l'emploi des cadres du FN au Parlement européen.

Marine Le Pen, au Parlement européen, à Strasbourg, le 26 octobre 2016.
Marine Le Pen, au Parlement européen, à Strasbourg, le 26 octobre 2016. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Le FN a-t-il joué avec les fonds publics européens destinés aux assistants parlementaires pour rémunérer ses cadres ? C'est ce que laissent croire des éléments consultés par les enquêteurs, selon l'AFP et le Journal du Dimanche, qui évoque, dimanche 16 avril, "un document compromettant" pour le parti de Marine Le Pen.

Les enquêteurs ont mis la main sur un e-mail du 13 septembre 2012 adressé au trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, et à une salariée du cabinet d'experts-comptables qui sert de tiers-payant pour les salaires d'assistants parlementaires. L'auteur du courriel, Charles Van Houtte, administrateur au Parlement européen pour le compte du Front national, écrit, selon l'AFP : "Voici les modifications à apporter aux différents contrats, suite à la réunion qui a eu lieu à Strasbourg (...) Wallerand, Marine demande que vous informiez les salariés".

Un jeu de chaises musicales

L'e-mail détaille ensuite des "vases communicants pour ne pas dépasser le budget de 21 209 euros de dotation" mensuelle par eurodéputé : "CDI de Yann" Maréchal Le Pen, chargée des grands événements au FN, "sur BG [Bruno Gollnisch] à partir du 1/5/2012. Pas possible de la mettre sur autre contrat". Suit le descriptif de ce qui ressemble à un jeu de chaises musicales entre assistants et eurodéputés avec, en pièce jointe, un tableau. "On y voit les noms d’une vingtaine de députés", raconte une des personnes auditionnées au JDD, avec pour chacun "le niveau de crédit consommé à l’instant 't' sur son indemnité mensuelle de quelque 23 000 euros alloués pour l’emploi de ses assistants et enfin le solde disponible pour financer d’autres salaires".

Pour le JDD, ce tableau renforce "les suspicions sur la gestion de l’argent de l’Europe par le FN". Mais pour le trésorier du FN, interrogé par l'AFP,  ce courriel et ce tableau recensent des préconisations qui n'ont pas forcément été suivies de modifications contractuelles. "Il est normal que les budgets alloués aux parlementaires soient utilisés. Tout ça n'apporte en aucun cas la moindre preuve que ces gens n'ont pas travaillé comme assistants parlementaires", explique-t-il.