REPLAY. Revivez l'émission "Questions politiques" avec Eric Coquerel, soutien de Jean-Luc Mélenchon

Le coordinateur politique du Parti de gauche était l'invité de France inter, franceinfo et "Le Monde", dimanche.

Ce qu'il faut savoir

Quel sort pour Jean-Luc Mélenchon dans la campagne présidentielle ? Pour répondre à la question, Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche et soutien du candidat de la France insoumise, était l'invité de "Questions politiques", dimanche 12 mars.  

Objectif 500 parrainages. Jean-Luc Mélenchon a annoncé, samedi, qu'il disposait des 500 signatures pour officialiser sa candidature à la présidentielle. Le Conseil constitutionnel, qui reçoit et contrôle les parrainages, n'en comptait que 432, vendredi, pour le candidat de la France insoumise. On en saura plus mardi, lors de la publication des fichiers mis à jour. 

Pas d'accord à gauche. Une alliance Hamon-Mélenchon ? Ce n'est plus du tout d'actualité, malgré des convergences dans leur programme. Mais impossible de faire s'entendre le socialiste et le candidat de la France insoumise. "Le problème, c'est que nous sortons de cinq ans de gouvernance du PS et Benoît Hamon n'était pas le candidat qui pouvait rassembler", a assuré, samedi, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

17h58 : "Compte tenu de la précipitation avec laquelle cette procédure est conduite, je ne me fais pas beaucoup d'illusions, a lancé le candidat de la droite. Mais je suis convaincu que mon innocence sera reconnue in fine."

17h53 : Dans une interview aux Echos, François Fillon indique ne pas avoir beaucoup d'illusions sur son éventuelle mise en examen, à trois jours de sa convocation devant les juges dans l'enquête sur les emplois fictifs présumés dont aurait bénéficié sa famille.

17h18 : "Je suis en train de finaliser un emprunt bancaire personnel de 8 millions pour être en concurrence réaliste avec mes opposants à la présidentielle."

Dans une interview à La Croix, le candidat d'En marche ! n'avance pas de chiffre total au sujet du financement de sa campagne. "Nous ne vivons que de dons privés", précise-t-il.

16h49 : Alors que certains candidats peinent à réunir les 500 signatures nécessaires pour se présenter à la présidentielle, le politologue Pascal Perrineau estime que le système actuel de parrainage présente quand même des avantages. Retrouvez son analyse dans notre article.

15h31 : Philippe Poutou, le candidat du NPA, cherche toujours à rassembler les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle. Olivier Besancenot, ancien candidat du parti, livre une petite anecdote amusante à ce sujet.

13h35 : Gérard Collomb, le maire socialiste de Lyon qui soutient Emmanuel Macron, était l'invité de "Dimanche en politique" sur France 3, il y a quelques minutes.

13h34 : "Celui qui a empêché de rassembler la gauche, il s'appelle François Hollande, et il vient de faire, pendant cinq ans, une politique de droite."

Sur franceinfo, Eric Coquerel est interrogé sur les difficultés de rassemblement de la gauche au premier tour de la présidentielle. Il donne les points de désaccord avec Benoît Hamon.

13h32 : Quel sort pour Jean-Luc Mélenchon dans la campagne présidentielle ? Pour répondre à la question, Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche et soutien du candidat de la France insoumise, est l'invité de "Questions politiques". Vous pouvez suivre cette émission en direct sur notre site.

11h29 : "Il nous en manque une centaine. Il faut absolument avoir une candidature ouvrière."

Invité à franceinfo ce matin, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste, Philippe Poutou, a expliqué qu'il lui manquait des parrainages pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle. Il ne reste plus que quatre jours au candidat pour les rassembler.

11h32 : Hier, dans "On est pas couché" sur France 2, Laurent Ruquier a révélé qu'Emmanuel Macron n'avait pas répondu à son invitation. Pour Jean-Luc Mélenchon, en plateau à ce moment-là, la raison est claire : le leader d'En marche ! a la pétoche.


11h35 : Avec la stratégie de normalisation initiée par Marine Le Pen, le Front national séduit de plus en plus d'électeurs homosexuels. Le FN est-il pour autant devenu "gay friendly" ? Pas tout à fait, comme je vous le raconte dans cet article.

11h41 : Ses commentaires, d'ailleurs, sont rares durant cette campagne. Mais hier, François Hollande a appelé la gauche au "rassemblement" et a mis en garde contre les dangers du "nationalisme", alors que le Front national est donné présent au 2e tour de la présidentielle par les sondages.


09h37 : Connaissez-vous François Asselineau ? Le président de l'UPR, qui a obtenu ses 500 parrainages, communique principalement sur internet, notamment avec sa chaîne YouTube. Voici un portrait du candidat à travers ses vidéos.

(UPR / YOUTUBE - FRANCEINFO)