Cet article date de plus de neuf ans.

François Hollande toujours favori pour la présidentielle malgré un léger tassement

Les sondages se suivent et se ressemblent. François Hollande est toujours en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle malgré une légère baisse, selon une étude réalisée par BVA pour Le Parisien/Aujourd'hui en France.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Hollande répond aux questions lors du journal télévisé de France 2, le 6 novembre 2011. (France 2)

Les sondages se suivent et se ressemblent. François Hollande est toujours en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle malgré une légère baisse, selon une étude réalisée par BVA pour Le Parisien/Aujourd'hui en France.

L'intense activité diplomatique n'a pas changé fondamentalement la donne, à ce jour, bien qu'un léger frémissement se fasse sentir dans les intentions de vote entre les deux principaux rivaux.

Après celui de l'Ifop mardi, un nouveau sondage réalisé par l'institut BVA, les 3 et 4 novembre, en plein sommet du G20, donne toujours le candidat socialiste, François Hollande, largement vainqueur avec 36% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, avec cependant une baisse de 3 points en un mois.

Légère embellie pour Nicolas Sarkozy

En seconde position, le président de la République et probable candidat, Nicolas Sarkozy, progresse de 2 points à 25%. L'étude a été menée avant l'annonce du plan d'austérité par le premier ministre.

Autre élément positif pour le chef de l'Etat, la confiance que lui accorde les Français "pour défendre les intérêts de la France face à nos partenaires internationaux" a progressé de 6 points à 49%, contre 50% qui ne lui font pas confiance.

Marine Le Pen en troisième position

Bien que cédant un point par rapport à la précédente étude, la candidate du Front national, Marine Le Pen, décroche la troisième position avec 18% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle.

Derrière, "les petits candidats ne parviennent pas, pour le moment à exister", souligne l'institut.

François Bayrou recule d'un point à 6%. Eva Joly (+1) et Jean-Luc Mélenchon (-1) font jeu égal à 5% et Dominique de Villepin recueille 3%.

Jean-Pierre Chevènement, qui a déclaré officiellement sa candidature dimanche, recueille lui 1%, soit un demi point de plus que Christine Boutin et Nicolas Dupont-Aignan 0,5% (non testés en octobre).

La crise grecque, facteur explicatif

Pour l'institut BVA, la baisse relative de M. Hollande s'explique "pour des raisons mécaniques évidentes", la mesure d'octobre ayant été effectuée après sa victoire à la primaire, et "peut-être aussi par une actualité marquée par la crise grecque sur laquelle il a tardé à réagir".

De son côté, M. Sarkozy "semble profiter de situations de crise très angoissantes, comme ce fut le cas cette semaine, à propos de la Grèce", poursuit BVA.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.