Affaire Fillon : Manuel Valls n'a "aucun doute sur le fait que François Hollande n'a établi aucune pression"

L'ancien Premier ministre se dit "surpris" par les déclarations d'Éliane Houlette, l'ancienne procureur financière sur les "pressions" subies dans l'affaire Fillon. 

Manuel Valls, le 29 mais 2019.
Manuel Valls, le 29 mais 2019. (JOSEP LAGO / AFP)

"Non, évidemment, cela ne remet pas en cause la légitimité de l'élection présidentielle de 2017", estime mardi 23 juin sur France Inter Manuel Valls, après les révélations, par l'ancienne procureure financière Éliane Houlette, d'une "pression" de sa hiérarchie dans l'affaire Fillon.

Manuel Valls s'est dit "surpris" par ces déclarations. "Cela met un doute, un poison dans l'institution judiciaire, et c'est pour cela que le président de la République a eu raison de saisir le Conseil supérieur de la magistrature pour qu'on sache exactement ce qui s'est passé et que toute transparence soit faite sur la procédure", déclare l'ancien Premier ministre.

"Aucune pression politique", rappelle Manuel Valls

"Je n'ai aucun doute sur le fait que François Hollande n'a établi aucune pression dans cette affaire", assure Manuel Valls. "D'ailleurs on ne comprend pas très bien de quelle pression il s'agit. Elle a elle-même dit qu'il n'y avait aucune pression politique", ajoute-t-il. "La commission d'enquête a beaucoup de pouvoir, et elle doit pouvoir, bien évidemment, si elle le souhaite, interroger, questionner les ministres et notamment les ministres de l'époque. Pour le président de la République c'est évidemment autre chose", souligne l'ancien Premier ministre socialiste.